Un Béembé mange le chat d’un commerçant Mauritanien pour se venger de l’esclavage en Libye

0
3452




 

 

« Ton chat était trop potélé Mohamed…La prochaine fois tâche de moins le nourrir pour ne pas remuer les envies des gens et en plus chez vous traitez les Noirs comme des esclaves.Le beembé n’a pas tort» lui a dit en substance le chef du quartier auprès duquel le mauritanien s’est plaint.

Depuis un bon moment Mabika Florent, un béembé avait ciblé le chat du mauritanien et chaque fois qu’il voyait l’animal, ses pensées l’imaginaient dans sa marmite : « Ce chat est vraiment potélé ! » lançait il.Il a profité de l’esclavage en Libye pour passer à l’action.Tout le quartier lui a donné raison et regretté de ne pas les avoir invité.




Florent Mabika est connu dans le quartier comme un mangeur de chat,il ne s’en cache pas et en est aussi fier, revendiquant au passage sa culture béembée «  Le chat est un anti dote contre les sorciers » lâchait il souvent pour encourager ces amis à suivre son exemple. Tous les dimanches, il réunit ces amis autour d’une table où le plat favori était bel et bien la viande de chat. «  Plat numero 10 ou maître d’EPS » comme cela figure sur le menu des restaurants de Voungou à Pointe-Noire.

Mohamed, le boutiquier du coin,n’a jamais hésité à maintes reprises de le mettre en garde contre la tentation de toucher à son chat qui affichait une santé de fer. Le Mauritanien et le Béembé entretenaient de bonnes relations,passant le plus des soirées ensemble autour d’un thé. Une amitié qui a pris fin après cet épisode.

Après deux jours de recherche infructueuse, Mohamed qui au départ ne doutait pas de son ami Florent a commencé à changer d’avis quand une voisine « songeuse » lui a soufflé avoir vu le fis du Béembé kidnappé l’animal.

«  Mohamed, tout ce vacarme et toute cette tristesse pour un chat ? » lui a lancé froidement Florent qui a avoué avoir mangé son chat le dimanche avec ses invités. « J’ignorai que la viande de ton chat pour être si bonne…Je vais t’offrir un chaton demain t’inquiète..Tu as le don d’élever de la bonne viande.Mais saches qu’après je le mangerai  si tes frères arabes continuent à traiter mes frères d’esclaves. »

Se sentant diminué en terrain ennemi Mohamed s’est rapproché du chef du quartier pour se plaindre de l’attitude de son ex ami Florent. « Ton chat était trop potélé » lui a signifié le chef du quartier, lequel lui aussi exhorté de privilégier le bon voisinage « Ce n’est pas pour un chat fut -il potélé que tu vas créer des problèmes dans le quartier « »

Florent Mabika et toute sa famille ont été depuis interdit de fréquenter la boutique de Mohamed qui a jugé bon de ne plus avoir un autre chat.