Pointe-Noire : des chantiers inachevés,Jean Jacques Bouya a volé tout l’argent

0
2685




 

 

La ville de Pointe-Noire devrait bénéficier, depuis 2014, d’un large programme de réalisations dans le cadre de la poursuite de sa modernisation. Parmi les chantiers les plus importants figuraient, entre autres, la construction d’un échangeur au niveau du rond-point d’Avoum; des marchés modernes notamment ceux de Tié-Tié Masola, Mongo Kamba et Ngoyo, ainsi que de nouvelles routes.  Malheureusement, ces ouvrages d’utilité commune semblent être perdus en route.

Chaque année qui passe voit son lot d’ambitieux projets se dévoiler dans la capitale économique du Congo. Certains sont rapidement exécutés tandis que d’autres sont mis au placard pour diverses raisons. Dans son programme de 2014, la municipalité de Pointe-Noire avait notamment prévu plusieurs projets avec pour vocation de transformer cette ville.  Mais la plupart de ceux-ci n’ont pas vu le jour et d’autres, déjà en cours de réalisation, ont été stoppés.




C’est le cas des travaux de la route à grande circulation de 2 x 3 voies allant de la CNSS au rond-point Kassaï, jusqu’au marché Savon (avenue de l’Indépendance à Tié Tié) avec un passage supérieur à l’intersection de l’avenue Jean-Félix-Tchicaya, au quartier Saint-Pierre communément appelé OCH. Ce projet qui avait pourtant bien démarré est aujourd’hui au point mort, si bien qu’à chaque pluie, cette route se dégrade multipliant par zéro tous les efforts consentis.

Il faut dire que pour rendre ces travaux possibles et sur instruction du président de la République, un budget de vingt milliards de FCFA était porté au ministère de l’Aménagement du territoire chargé des Grands travaux.

Afin de doter la ville océane d’un réseau routier performant, la municipalité avait inscrit, dans son cahier de charges, la construction d’un échangeur au niveau du rond-point d’Avoum, sur l’avenue Bitelika-Ndombi (route de l’aéroport). Plusieurs années sont passées et rien n’est concrètement fait qui témoigne de la construction imminente de cet ouvrage. La population, quant à elle, dit ne pas avoir vu la moindre pelleteuse s’activer sur cette zone.

Dans cette même dynamique de modernisation, il était prévu des opérations d’assainissement des lits des rivières ainsi que la construction des caniveaux. Vingt milliards de FCFA ont également été affectés au ministère de l’Aménagement du territoire pour cette opération.  A ce niveau également, le tableau est resté le même et Pointe-Noire connaît toujours un  grand problème de drainage des eaux pluviales et usées.

Concernant le Projet eau, électricité et développement urbain (Peedu), les travaux de construction des marchés modernes de Mongo Kamba et de Ngoyo, prévus en septembre 2014, n’ont jusqu’ici toujours pas démarré. Aujourd’hui, le site de Mongo Kamba est occupé par les vendeurs de graviers et celui de Ngoyo sert d’aire de jeu pour les jeunes.