Attention: plusieurs audios des groupes Whatsapp sont transférées à la sécurité d’État par des mouchards

0
1559

Sur la toile se sont constitués plusieurs groupes où différentes sensibilités échangent sur toutes les questions de la vie Congolaise. Il s’avère que certains membres de ces groupes se plaisent à transmettre aux services de sécurité les audios qui dénoncent la mauvaise gestion de la chose publique. Dans les bureaux de la CID ex DGST sont logées plusieurs de ces audios et leurs auteurs vivant au Congo retracés pour être interpellés. C’est dans ce sens qu’on note la disparition de la circulation de certains Congolais.

Des mouchards et traîtres il y en aura toujours tant que la conscience collective ne prend pas de la hauteur. Certains Congolais ont pris l’habitude d’adhérer dans des groupes Whatsapp et participent au forum en se faisant passer pour des opposants. Hors, il ne s’agit que d’une méthode pour détecter les vrais opposants au régime de Brazzaville.

Le comble est que ces traîtres s’acharnent même sur des personnes apolitiques qui donnent juste leurs avis sur la situation du pays. Leurs conversations et audios sont enregistrées et transmis à leurs différents parapluie au sein de l’ex DGST.

Un colonel dont le meilleur ami venait de mourir et qui n’apprécie plus ses méthodes de la DGST a alerté ses proches sur le danger que représente une participation active dans des groupes Whatsapp. Plusieurs jeunes résidents au Congo en ont déjà font les frais. Une fois retracé et interpellé et subissent des tortures et sont retournés pour servir la DGST. Ils deviennent à leur tour des appâts aux autres critiqueurs.

Si vous remarquez dans un groupe, des personnes peu reconnues comme républicaines et qui critiquent de façon intense le pouvoir de Brazzaville, sachez tout simplement que ce sont des mouchards qui veulent vous pousser à la faute pour vous dénoncer après.

Certains d’entre ses traîtres se lient en amitié avec d’autres membres des groupes pour récolter de plus amples informations personnelles préalables au signalement facile. Selon toujours le même colonel, actuellement une dizaine de jeunes croupissent dans les geôles de la DGST à cause de leurs prises de position dans des forums sur Whatsapp.