Plus de huit milliards FCFA de budget du projet CAB en 2019

0
644




Adopté le 7 décembre au terme d’un comité de pilotage présidé par le ministre de tutelle, le budget annuel du projet Central African Backbone (CAB) couvre un plan d’action assorti de projets d’envergure d’interconnexion en fibre optique avec les pays limitrophes et de travaux locaux à valeur ajoutée.

Interrogé sur le contenu du plan d’actions, le coordonnateur national du projet CAB-Congo, Yvon Didier Miehakanda, a précisé que « les activités les plus importantes pour la composante A porteront sur la construction des infrastructures ». Il s’agit, a-t-il souligné, de réaliser l’interconnexion du Congo au Cameroun et à la République centrafricaine (RCA), par voie terrestre via le département de la Sangha pour le premier et par voie fluviale, au nord du pays, notamment dans le département de la Likouala, pour la RCA.

Ce budget devra permettre la construction d’un Datacenter dont les études de faisabilité, d’une durée d’environ six mois, ont été lancées le 15 novembre dernier. Pour Yvon Didier Miéhakanda, les travaux n’interviendront qu’au dernier trimestre de 2019. Au cours de la même année, il est envisagé la construction d’un technopole, une zone d’activités qui rassemblera des entreprises de fabrication ou de services dans le secteur des hautes technologies.




Le projet CAB envisage, dans sa composante B, d’offrir un appui considérable aux institutions. Dans cet élan, la coordination du projet a dévoilé plusieurs actions en direction du ministère des Postes, des télécommunications et de l’économie numérique. Si l’étude sur la mise en place d’une administration électronique, lancée il y a quelques mois avec l’appui de la Banque africaine de développement, trouvera sans doute une issue, le projet CAB s’intéressera, par ailleurs, aux infrastructures à larges bandes et la mise en place des services financiers digitaux. Un autre axe de ce plan est dédié au ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, en ce qui concerne l’identification et l’identité numérique.

Evaluant les actions du projet en 2018, le comité de pilotage a constaté la non-exécution de certaines activités programmées en fonction, sans doute, de l’évolution de la technologie et des ressources du projet. Ces actions sont reprogrammées dans le cadre du plan d’action 2019 avec quelques réajustements.

À l’ouverture des travaux de ce comité de pilotage, le ministre Léon Juste Ibombo a rappelé aux participants l’intérêt de ces assises. « Le Congo a reçu de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement un prêt en vue du financement du projet dorsal à fibre optique d’Afrique centrale-composante Congo », a-t-il indiqué. Des ressources financières qui devraient soutenir le pays à déployer son économie numérique.




Le ministre a rappelé l’objectif du projet qui est de contribuer à la diversification de l’économie congolaise grâce à l’augmentation sensible des recettes fiscales et la réduction considérable du coût de transactions économiques et sociales, le désenclavement numérique des zones rurales couplé avec l’intégration régionale par l’entremise d’une infrastructure à fibre optique, l’accès aux pays limitrophes et la création d’opportunités d’emplois pour les jeunes en particulier.