Plus de 100.000 euros en faux champagnes vendus à la présidence du Congo

0
1573




 

 

Des courtiers de la présidence du Congo ont acheté pour une valeur de 100.000 euros ( 65.000.000 fcfa) des champagnes qui se sont avéré être contrefaits. La question est de savoir s’ils ont été trompés ou l’ont fait à escient ?

Les fraudeurs français ont réalisé un gros coup en vendant à la présidence de la république du Congo des faux champagnes pour une valeur de 100.000 euros.Il s’agit en réalité de bouteilles de vin mousseux – Vouvray, Blanquette de Limoux…dont l’étiquette a été enlevée et qui est revendu, selon les cas, sans aucune étiquette ou avec une fausse étiquette.

Cette transaction opérée par des réseaux parallèles, a rapporté un gain considérable aussi aux courtiers de la présidence qui ont été séduit par les prix bas proposés par les vendeurs.Ces réseaux généralement vendent entre 8 et 12 euros ces faux champagnes achetés 2 ou 3 euros.




Cette supercherie a été découverte après le démantèlement par les services chargés des produits  vitivinicoles à la DGCCRF. Les fonctionnaires ont été surpris de cette transaction avec le Congo,un État qui traverse une situation économique difficile.

La facilité avec laquelle,les fraudeurs ont convaincu les acheteurs Congolais laissent perplexes les enquêteurs qui y voient des pots de vins.Les champagnes contrefaits sous étiquette diplomatique ont traversé tous les contrôles douaniers à l’aéroport de Roissy avant d’être embarqués pour le Congo dans un vol cargo.

Du côté de la présidence du Congo à Brazzaville,aucune plainte n’a été faite sur la qualité des champagnes,et les relais français sur place ont pu le constater.




Les dignitaires de Brazzaville ont savouré du champagne à Oyo sans se rendre compte sur sa contrefaçon