Pillage sauvage de la forêt dans le Niari et la Lekoumou par les Chinois et famille présidentielle

0
846




Plusieurs sociétés et particuliers ayant obtenu par clientélisme des permis d’exploitation se livrent à des abattages sauvages des arbres dans la grande forêt du Niari et de la Lekoumou. Parmi ces destructeurs de l’environnement figurent en bonne partie des Chinois qui se foutent de toute l’Afrique. Un pillage sauvage qui exacerbe les populations locales incapables d’agir face à la complicité de leur État.




Denis Sassou Nguesso, adore tromper le monde en se passant comme le défenseur de l’environnement du bassin du Congo avec son histoire de fonds bleu qui en réalité n’est qu’une escroquerie. Ce dictateur est prêt même à se faire pour Jésus Christ pour se remplir les poches.

La réalité sur le terrain est totalement différent des grands discours prononcés lors des conférences pour attirer des capitaux. Le non respect de l’environnement par des sociétés en connivence avec le clan au pouvoir est flagrant.




Dans les départements du Niari et de la Lekoumou, des Chinois exploitent sauvagement le bois. Des arbres sont abattus dans le non respect des règles violant même les territoires des autochtones.




Le pouvoir de Brazzaville a accordé même des permis d’exploitation à des particuliers proches d’eux n’ayant aucune maîtrise de ce qu’ils font. Le plus important étant de gagner des sous. Protégés par les autorités politiques, militaires et administratifs locaux, les autochtones assistent comme à Zanaga, Komono, Bambama, Louvakou, Mbinda, Mossendjo, Makabana, des arbres sont abattus sauvagement.

Le comble est que toutes ses sociétés et particuliers installés dans ces deux départements ne reversent rien aux municipalités locales. Les routes d’accès demeurent toujours dans un état pitoyable, surtout en saison de pluie et les populations ne profitent de rien.