Pierre Ngolo insulté et menacé pour avoir promis d’organiser des élections libres s’il assurait l’intérim

0
2402

Que se trame-t-il au Congo ? Ces élections législatives réservent-elles des surprises aux Congolais ? Pourquoi le président du Sénat est-il victime des invectives du clan Sassou suite à ses intentions d’organiser des vraies élections s’il arrivait assurer l’intérim en cas de vacance du pouvoir ? Des déclarations pourtant constitutionnelles qui fâchent le clan Sassou qui voit là une sorte de provocation de la part de Pierre Ngolo. Organiser des élections libres et transparentes signifie tout simplement la victoire de la volonté réelle du peuple qui est loin d’être le clan Sassou.

Le clan Sassou soupçonne le président du Sénat d’être à la tête d’un complot qui viserait à redistribuer les cartes au Congo avec comme objectif principal, la fin du règne du clan Sassou. Les membres de ce clan auraient eu vent des déclarations de Pierre Ngolo sur ce qu’il ferait en cas de vacance du pouvoir et cela ne passe pas.

Au cours d’une rencontre privée, Pierre Ngolo qui a été interrogé sur une hypothétique vacance du pouvoir qui fera de lui de facto président intérimaire, a promis organiser de bonnes élections comme celles de l’après conférence nationale souveraine avec André Milongo. De prime à bord, cela ne relève que de la constitution, mais pour le clan Sassou c’est une haute trahison de ce Mbochis des plateaux.

Depuis ces déclarations pourtant en privé, le président du Sénat fait l’objet des menaces et insultes de la part des membres du clan Sassou qui estiment qu’il veut arracher leur pouvoir. Un projet de l’éjecter de la tête du Sénat serait entrain d’élaborer et mis en exécution après les législatives.

Au sein du pouvoir, tout le monde est conscient que le PCT ne remporterait jamais une élection libre et transparente au Congo et entendre Pierre Ngolo évoquer cette possibilité ressemble à un complot. Certains tentent même de faire des liens entre Ngolo et Mokoko lequel semble-t-il aurait des cellules dormantes dans le pouvoir et surtout au nord.