Peuple Zoba : des éléments de la GR surpris entrain de ravitailler Ntumi en vivres

0
1245




 

Des éléments de la garde républicaine se sont affrontés à quelques Ninjas à leur retour de la cachette du pasteur Ntumi, où ils se seraient rendu pour lui livrer des vivres sous ordre de la présidence de la république. L’un des éléments ayant fait partie de cette mission affirme avoir passé la peur de sa vie.

De plus en plus, de nombreux congolais, ne croient plus que le pasteur Ntumi soit réellement un rebelle qui se réfugie derrière l’autodéfense, pour protéger son pool natal des attaques du régime Sassou. Il est bien un membre de plus ,de ce régime, et se sert du Pool en complicité avec son ami Denis Sassou Nguesso pour faire perdurer leur pouvoir.

Comment comprendre qu’une rébellion qui n’a jamais conquis des villages et localités resiste ? Comment une armée aussi bien équipée et renforcée par des mercenaires n’ait pu jamais mettre sur le pasteur Ntumi dans un environnement aussi réduit ? Le duo Sassou-Ntumi se moque du Pool.




Une bande de Ninjas abandonnés à leur sort s’est affrontée à quelques éléments de la garde républicaine qui revenait de la forêt dans les environs de Vinza. Aussitôt, le chef de la mission de la GR a demandé un arrêt des hostilités expliquant ne pas être venu pour cela.

Les Ninjas ont vite compris que leur chef leur emmène en bateau et se son fondus dans la forêt, laissant champ libre aux éléments de la GR. L’un de ses éléments, vivant à Massengo au nord de Brazzaville a d’ailleurs confié à son entourage avoir passé la peur de sa vie.

Selon son indiscrétion, la mission de la GR s’était rendu dans la forêt de Vinza fournir des vivres au pasteur Ntumi et sa suite. «  Otsotso na Ntumi ba liaka coop na sima na bisso » aurait-il soufflé à ses amis.

Le pouvoir de Brazzaville vient de lever toutes les charges contre le pasteur Ntumi, qui peut circuler dorénavant librement sur tout le territoire national. Ses éléments ont aussi bénéficié d’une grâce malgré les exactions commises contre les forces de l’ordre et les préjudices causés au pays.




Entre temps, des opposants qui ont choisi la voie démocratique croupissent en prison sous des accusations fantaisistes.