Pays-Bas: plusieurs fusillades à Utrecht, le tireur en fuite

0
357




Ce lundi matin 18 mars, plusieurs fusillades ont eu lieu en différents endroits à Utrecht (centre des Pays-Bas), tuant au moins trois personnes et en blessant plusieurs autres. Un acte « potentiellement terroriste », a déclaré par la suite l’agence nationale pour la sécurité et le contre-terrorisme (NCTV). Un homme originaire de Turquie est recherché par les forces de police.

 Les fusillades qui ont eu lieu ce matin, lundi 18 mars, à Utrecht à plusieurs endroits ont tué au moins trois personnes et blessé neuf autres, a indiqué le maire de la ville, révisant à la hausse un premier bilan qui faisait état d’un seul mort.

Le directeur du NCTV, Pieter-Jaap Aalbersberg, a précisé lors d’une conférence de presse à La Haye qu’une « importante opération de police (était) en cours pour trouver le tireur ». Cet homme, indiquent encore les policiers dans un tweet, serait originaire de Turquie. Les forces de l’ordre demandent au public de « ne pas approcher » celui-ci. Une image d’une caméra de vidéosurveillance montrant un homme vêtu d’un blouson bleu dans le tramway accompagnait le tweet.

Politie Utrecht

@PolitieUtrecht

The police asks you to look out for the 37 year old Gökman Tanis (born in Turkey) associated with the incident this morning at the in . Do not approach him but call 0800-6070.

Une unité antiterroriste a notamment été rapidement déployée sur 24 Oktoberplein (place du 24-Octobre), à l’est de la ville, où l’une des fusillades s’est produite. Plusieurs hélicoptères de traumatologie se sont posés peu après le déploiement de la police. Selon un témoin cité par le quotidien néerlandais De Telegraaf et qui a assisté à la première fusillade dans un tramway, plusieurs coups de feu ont été tirés.




« Je suis sorti de mon travail quand c’est arrivé. J’étais au feu rouge et je vois une femme allongée, âgée entre 20 et 35 ans. A ce moment-là, j’ai entendu « pang pang pang » trois fois. Quatre hommes ont marché très vite vers elle et ils ont essayé de l’entraîner, puis j’ai entendu à nouveau pang pang pang et ces types ont encore lâché cette femme, c’était le chaos », raconte-t-il.

Le lieu où s’est tenue la fusillade à Utrecht (Pays-Bas), le 18 mars 2019.REUTERS/Piroschka van de Wouw

La piste terroriste envisagée

Sur les lieux de l’attaque dans le tramway, une victime était recouverte d’un drap et gisait sur la voie entre deux wagons, a rapporté un journaliste de l’agence de presse néerlandaise ANP présent sur place. Une voiture de modèle Renault Clio de couleur rouge volée avant l’attaque et avec laquelle le suspect se serait enfui a été retrouvée en ville par la police.

Les motifs exacts de l’attaque restent encore inconnus, mais la police néerlandaise dit n’exclure aucune piste y compris la piste terroriste. Le niveau d’alerte de menace terroriste a été passé à cinq dans la région d’Utrecht, soit le niveau le plus élevé.

Le Premier ministre « profondément inquiet »

La vigilance policière a été accrue à l’aéroport de Schiphol. A Rotterdam, la surveillance est renforcée dans les gares et dans les mosquées. La police d’Amsterdam est également en état d’alerte.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte s’est dit « profondément inquiet » et les mesures de sécurité ont été renforcées autour du siège du gouvernement à La Haye.

Le roi Willem-Alexander et la reine Máxima ont également réagi dans un communiqué : « Nous sommes profondément attristés par le fait que trois personnes sont mortes dans un attentat à Utrecht et que d’autres ont été grièvement blessées. Nos pensées vont aux victimes et à leurs famillesSoyons unis pour une société dans laquelle les gens peuvent se sentir en sécurité et où règnent liberté et tolérance. Nous sommes reconnaissants à tous les personnels médicaux qui travaillent actuellement pour les victimes. Nous pensons aux habitants de Utrecht. »

► La municipalité d’Utrecht a mis en place un numéro d’urgence :
+31 30 286 00 00