Paris : critiqué pas sa femme pour sa faiblesse au lit, un congolais meurt sur elle après une prise abusée d’Ankorou

0
4693

Un mort de plus sur scène à cause de l’excès du goût. Il s’agit de Benoît M, âgé de 45 ans, originaire de Brazzaville qui a consommé une bonne dose d’aphrodisiaque en plus d’avoir appliqué l’Ankorou sur son pénis. Comme Papa Wemba, il est mort en plein combat sur son épouse qui est l’auteur intellectuelle de ce crime sexuel suite à ses plaintes sur la non satisfaction lors des relations sexuelles avec son époux. Benoît M, laisse trois enfants et deux villas au Congo , aussi une veuve.

Dans le 10e arrondissement de Paris, un congolais vient de succomber d’une crise cardiaque pendant qu’il entretenait des rapports sexuels avec son épouse. Il aurait non seulement appliqué l’excitant Ankourou sur son pénis, mais aussi consommé une bonne dose des produits aphrodisiaque naturelle achetés à Château Rouge. Selon son épouse, il aurait fait une heure sans jouir sur elle avant de faire un malaise.

Les services de secours arrivés sur place n’ont pu sauver la vie de Benoît M malgré les massages cardiaques. Les enfants et son épouse ont assisté en direct à sa mort devant l’incapacité du SAMU. On pouvait entendre son épouse se reprocher du décès de son épouse à cause de ses exigences sexuelles.

L’épouse de Benoît lu reprochait depuis des mois ne plus être capable de la satisfaire au lit et se moquait parfois de sa faiblesse sexuelle. Malgré les jus de Tangawiss pures que son épouse lui faisait, les choses n’évoluaient pas positivement poussant le défunt à faire recours à l’Ankorou et autres produits excitants vendus à Château Rouge.

Benoît aurait appliqué la poudre d’Ankorou sur son pénis deux heures avant d’avoir des rapports sexuels avec son épouse pour enfin la faire taire une bonne fois et éviter des reproches devenus agaçants et humiliants. Il aurait avalé aussi d’autres aphrodisiaques dit «viagra africain».

C’est après une heure de rapports sexuels sans jouir que le malheur est arrivé après que le cœur ait lâché sous les effets nocifs de tout ce que Benoît a pris. Un décès honteux qui va peser à jamais dans la mémoire de son épouse qui a exercé des fortes pressions sur lui.

En France, ce genre des cas sont fréquents dans plusieurs couples congolais qui poussent des hommes à multiplier les efforts pour demeurer sexuellement efficaces. C’est malheureusement le cas de Benoît M qui vient de laisser la terre des hommes.