Panique totale dans l’avion de Sassou au retour d’Addis Abeba vers Kintélé

0
5451


 

 

Bien que ces derniers temps Denis Sassou Nguesso voyage drogué,il aurait passé un mauvais temps au retour du sommet de l’union africaine en Éthiopie. Sur fond de bruits de bottes dont l’objectif serait son avion,la délégation présidentielle a cru un moment avoir vu son heure arrivée ,suite aux fortes turbulences lors de l’approche de l’appareil vers Maya Maya.

Un membre de la délégation présidentielle rapporte n’avoir jamais vu Okemba et Sassou dans un tel état. La panique était généralisée et les pilotes occidentaux étaient embarrassés par les lamentations des passagers.

Déjà au départ de Monrovia,Denis Sassou Nguesso aurait piqué une crise dans l’avion et serait resté près de 20 minutes dans cet état avant de reprendre connaissance. Pendant tout le séjour aux Émirats arabes unis,deux médecins le surveillaient de près.

Depuis sa chute à cheval,Denis Sassou Nguesso connaît des malaises à répétition qui tourmentent sa famille au point parfois d’imaginer le pire. Les médecins auraient décidé de le droguer à chaque décollage afin de lui éviter des vols traumatisants. Sassou voyage conscient que lors des vols moyens courriers.

Le général Norbert Dabira,un ex proche de Sassou Nguesso est incarcéré depuis à la maison d’arrêt de Brazzaville pour avoir projeté un coup d’État dont la finalité était d’abattre notamment l’avion de Sassou et sa suite en vol.


Un plan que Dabira aurait récupéré des jeunes putschistes qui pensaient le faire à Ollombo avant d’être trahi et rentrés en cavale.

Après avoir entamé sa descente vers l’aéroport de Maya Maya survolant la plaine au Nord de Brazzaville peu avant Kintélé,l’avion présidentiel aurait été victime de fortes turbulences qui ont fait croire à une attaque d’un missile.

Aussitôt,une panique se serait créée à bord.Tout le monde aurait cru à la fin.Un membre de la délégation confie avoir vu la peur pour la première fois dans les yeux d’Okemba,malgré qu’il tentait de calmer les autres passagers. Denis Sassou Nguesso accroché à son fauteuil les yeux fermés avaient la tête courbée et silencieux.

Des moments de panique qui auraient duré près de 15 minutes avant que l’avion ne pose ses roues sur le tarmac de Maya Maya sous les applaudissements de la délégation.


LEAVE A REPLY