Oyo: les travailleurs de l’abattoir et bricoles de Sassou sont à 5 mois sans salaire

0
3237





Plus rien ne va au Congo malgré tout le bruit propagandiste du pouvoir de Brazzaville qui mise sa survie sur un accord financier avec le FMI. Les travailleurs congolais de la ferme et abattoir de Sassou Nguesso à Oyo réclameraient 5 mois de salaire. Même les Nguesso qui ont pillé pourtant le pays n’arrivent plus à payer leurs travailleurs !

Eux-même ne l’auraient jamais cru ! Qu’un jour, ils seraient dans l’incapacité de s’acquitter des droits élémentaires de leurs propres travailleurs. L’argent a tellement coulé à flot que ces moments paraissent un rêve. Les Sassou Nguesso sont en cessation de paiement.




Il y a quelques semaines, c’est la chaîne de télévision Top Tv appartenant à Claudia Sassou qui a fermé ses portes laissant ses travailleurs dans la rue et sans indemnités en plus de plusieurs mois de salaire impayés.

Comme partout où dirigent les ressortissants de l’Alima, la mauvaise gouvernance a eu raison de cette chaîne de télévision.

L’autre chaîne MTN de Maurice Nguesso voit comment ses installations sont tous les jours prises d’assaut par les ex travailleurs qui réclament plus de 15 mois d’impayés.

Tout s’écroule autour des Sassou Nguesso en attendant l’aide du FMI qui sans doute va les permettre de se refaire dans les détournements.




Le chef suprême de la dette comme l’appelle la page Brazzanews, Denis Sassou Nguesso n’est pas resté en marge de cette chute espérée de son empire. Les travailleurs de sa ferme, son abattoir et toutes ses bricoles agro industrielles réclameraient en silence 5 mois de salaire impayés.

Denis Sassou Nguesso qui a inauguré le siège de la BEAC à Oyo en a profité pour faire visiter au patron de la BAD ses réalisations agro industrielles dans l’espoir de l’endormir. En réalité, les travailleurs congolais de ses bricoles vivent en enfer.




Si les travailleurs chinois et brésiliens sont payés, les congolais eux, marginalisés et incapables de protester de peur de subir les représailles des militaires de la DGSP. Si le celui qui est censé défendre les droits des congolais les bafoue en exploitant ses pauvres travailleurs, qu’en serait-il du reste des congolais ?