Oyo : grande inquiétude après le vol d’armes à la poudrière privée de Sassou

0
5269




Le vol d’une quantité importante d’armes à la poudrière privée de Sassou, inquiète le clan de l’Alima, qui ignore encore les motivations des voleurs. Parmi les armes soustraites figurent aussi celles dites lourdes. La sécurité présidentielle est mieux équipée en armement que les forces armées congolaises.

Qui, ou les quels, sont à l’origine du vol d’armes à la poudrière privée de Sassou ? C’est l’énigme à laquelle le noyau dur autour du président du Congo tente de percer. Une source proche de la sécurité présidentielle a affirmé à ce media, que les voleurs ont emporté des centaines de fusils d’assaut, des munitions en grande quantité, des lances- roquettes, des grenades, et cinq missiles sol-air.




La sécurité présidentielle dispose d’un armement de qualité bien plus importante que celui des forces armées, et qui échappe à tout contrôle de l’état major. Depuis les explosions de Mpila qui ont causé la mort de nombreux civils et militaires, c’est à Oyo dans le village de Denis Sassou Nguesso que la poudirere poudrière a été transferée.

Forte de près de 9000 éléments,directs et indirects, al sécurité présidentielle est totalement surarmée et autonome. Elle sert de milice, mais au frais de l’État. Son plus grand quartier générale se trouve à Tsambitso près d’Oyo. Elle est composée à 98 % que des originaires de la Cuvette centrale.




Selon quelques indiscrétions, il n’est pas exclu que des proches du chef de l’État aient joué un rôle majeur dans le vol de ses armes. Des tensions sont palpables dans l’entourage de Sassou Nguesso entre divers clans qui rêvent de succéder au vieux dictateur.