Ouverture de la session criminelle : cent trente-deux affaires inscrites à l’ordre du jour

0
805




 

 

La Cour d’appel de Brazzaville a ouvert, le 29 mars, sa session d’audiences criminelles qui durera jusqu’au 25 mai. D’autres dossiers, dont l’instruction est presque terminée, s’y ajouteront.

La première session criminelle 2018 s’est ouverte sous l’égide du président de la Cour d’appel de Brazzaville, Christian Oba, en présence du procureur général, Michel Oniangué, et du bâtonnier de Brazzaville, André François Quenum.

Comme de coutume, la Cour d’appel a commencé par installer les dix jurés retenus. Il s’agit d’un collège d’hommes et de femmes qui joueront le rôle de jury tout au long de la session.

Dans son mot d’ouverture, le président de la Cour d’appel a rappelé à l’assistance que la justice n’est pas une arme de vengeance, mais qu’elle est faite pour rétablir la paix.

« Depuis juin 2014, la Cour d’appel de Brazzaville tenait sa dernière session criminelle. Environ quatre ans se sont écoulés, elle n’a plus jamais tenu une session criminelle. Aujourd’hui, nous tenons la première session criminelle de l’année 2018. A la différence de la dernière, celle-ci compte cent trente-deux affaires inscrites. D’autres affaires s’ajouteront en cours de session », a indiqué Christian Oba.




Dans son réquisitoire, André François Quenum a souhaité que rien que le droit soit dit tout au long de cette session pour le triomphe de la vérité. « Nous devons mettre en exergue la notion de présomption d’innocence. Au cours de cette session, disons le droit, parce qu’il est mieux de laisser un criminel en liberté que de condamner un innocent », a indiqué le bâtonnier de Brazzaville.

Pour ce premier jour, la Cour d’appel devait plancher sur trois affaires mais une seule seulement a été examinée. Elle concerne Emillion Christian Ulrich Mayassi, un jeune garçon né en 1981, accusé d’avoir assassiné sa petite amie au couteau pour jalousie. Les audiences se poursuivront, les 3 et 4 avril, avec des affaires de droit commun portant diffamation, violation de domicile, destruction des biens immobiliers, coups et blessures volontaires ayant entraîné la perte d’un œil et d’une jambe. Cette première série d’audiences s’achèvera le 20 avril avant que la seconde ne s’ouvre avec les affaires qui seront inscrites en cours de session.