Opposition congolaise, un modèle de lâcheté en politique

0
614





Il est peut-être temps que la classe politique congolaise prenne conscience que l’on n’est pas obligé d’être cynique comme M. Sassou Nguesso pour réussir sa carrière politique.

Le comportement affiché ces deux dernières années par les membres de l’opposition dirigée par M. Tsaty Mabiala, laisse à désirer.

Les congolais ont très bien compris que cette opposition, au même titre que les tenants du pouvoir, souhaite que le Général Jean Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa restent en prison, afin qu’elle continue à berner le peuple congolais comme elle le fait depuis 2016.

Pour se faire une virginité politique, les responsables de cette opposition sont-ils obligés de s’attaquer sans cesse à ceux qui sont en prison ?

Combien de meetings politiques ont été organisés par cette opposition depuis 2016 pour dénoncer le caractère barbare et violent du pouvoir qui martyrise les congolais ?

Quelles avancées sociales ont été obtenues par cette opposition depuis la dernière élection présidentielle ?

Après quatre (4) ans d’hibernation, il est étonnant de voir certains opposants politiques venir affirmer de façon lâche et cavalière que certains prisonniers politiques ont empêché l’opposition de renverser le régime de M. Sassou Nguesso, après le grand meeting de 2015. Passer son temps à attaquer des personnes qui finançaient la plus part des activités de l’opposition et qui ne peuvent pas se défendre aujourd’hui, c’est manquer d’humilité et faire preuve de mauvaise foi.




Dans tous les pays du monde, les opposants ne votent jamais le budget présenté par la majorité au pouvoir. Mais au Congo, les députés de l’opposition dirigée par M. Tsaty Mabiala ont voté tous les budgets présentés par le pouvoir depuis 2016. Pire encore, les députés de cette opposition ont voté en faveur de M. Isidore Mvouba lors du scrutin pour la désignation du Président de l’assemblée alors le PCT détient une majorité écrasante à l’assemblée nationale. Les résultats du vote sont disponibles et vérifiables au parlement.

Alors, peut-on affirmer là aussi que c’est le Général Jean Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa qui auraient demandé aux responsables politiques de cette plateforme de l’opposition à dérouler ces stratégies honteuses, bancales et moutonnières ?




Si cette opposition n’est pas capable de créer le rapport de force qui permettrait au peuple congolais de recouvrer sa liberté, alors qu’elle continue à quémander le dialogue et la participation à un hypothétique gouvernement d’union, au lieu de parler de façon méprisante et maladroite, de ceux qui souffrent le martyr pour avoir fait le choix d’une alternance apaisée dans notre pays.

L’opposition dirigée par M. Tsaty Mabiala doit dès à présent faire un choix entre l’union de l’opposition et continuer à dénigrer ceux qui sont en prison. Ces deux attitudes sont contradictoires et irréconciliables.

Ensemble, pour un Congo uni, libre et prospère. Plus jamais sans nous. Que Dieu bénisse le Congo.

Laurent DZABA
Président du Mouvement Panafricain et Citoyen « Bougeons-Nous »