Noël : un dilemme pour les parents séparés

0
385




Les fêtes de fin d’année peuvent être une source de tensions familiales lorsqu’on vient de se séparer du papa ou de la maman de ses enfants. Mais malgré les rancœurs et les appréhensions, il est essentiel de faire passer en priorité le bien-être des enfants.





Pour les parents comme pour les enfants, le premier Noël après une rupture est une rude épreuve. L’équilibre familial étant bouleversé, il est important d’envisager plusieurs compromis pour ne pas entacher les festivités de mauvais souvenirs.Bien s’organiser

Si vous vous y prenez à temps, vous aurez plus de chances de trouver une solution susceptible de convenir à tous. Oubliez vos envies de vengeance, ce n’est vraiment pas le moment pour faire payer à l’autre ses frasques. L’idéal, si vous êtes proches géographiquement, est de permettre à vos enfants de célébrer Noël chez l’un et le nouvel An chez l’autre. Sinon, de passer la veille des fêtes chez l’un avant que l’autre ne prenne le relais. Quoiqu’il arrive, ne donnez pas à vos progénitures la possibilité de choisir, il serait bien trop douloureux pour eux de devoir trancher.




Faire preuve de franchise : Une trêve le temps d’une journée demande une très grande souplesse et ne fonctionnera que si chacun met de l’eau dans son vin, oublie ses rancœurs, évite les sous-entendus et remarques désobligeantes. Mais la première année de séparation est toujours la plus difficile. Il faut que chacun fasse le deuil de sa relation et ce n’est pas en faisant comme si de rien n’était que le deuil sera possible.

Même si on a gardé de très bonnes relations avec son ex, mieux vaut éviter de s’obliger à fêter Noël ensemble comme avant, car dans les faits, les enfants de parents séparés rêvent toujours des retrouvailles de leurs parents. Si vous êtes encore hésitants sur la réconciliation, il est inutile de bercer ces derniers de faux espoirs.




Être diplomate

La fête de Noël ravive la douleur de la séparation. Elle réveille également les rancœurs et la jalousie lorsque les conflits n’ont pas été résolus. Vous serez toujours tenté de dire du mal de l’autre avec des amis. Mais devant votre enfant, faites bonne figure. Evitez les critiques venimeuses sur l’autre en sa présence, laissez-le en dehors de la guéguerre, afin qu’il profite de l’instant.

Faire la part des choses après la séparation peut s’avérer difficile. Si le dialogue semble vraiment impossible, une séance de médiation familiale est une bonne option pour désamorcer les conflits.  Mais pour que la médiation fonctionne, il faut avoir de bonnes intentions. Une communication judicieuse aura certainement un impact positif sur le cours de la vie de vos enfants. N’oubliez pas, le plus important c’est leur bien-être.