Mindouli : panique et un mort au passage d’un convoi surarmé de la sécurité présidentielle

TO GO WITH AFP STORY BY Laudes Martial MBON View of the sign of the police headquarters (Region De Gendarmerie du Pool) in Kinkala on August 16, 2012. AFP PHOTO / Laudes Martial MBON / AFP PHOTO / Laudes Martial Mbon




Un convoi formé de plusieurs véhicules de la DGSP ( direction générale de la sécurité présidentielle) se rendant dans la Bouenza où la première dame Antoinette Sassou Nguesso va prendre part aux festivités marquant la journée de la femme à Madingou, a crée la panique entre les populations de Mindouli. Croyant à une reprise des hostilités, elles se seraient réfugiées dans la forêt et une personne de troisième âge aurait succombé d’une crise de tension.

Antoinette Sassou Nguesso devrait atterrir ce jour à l’aéroport de Nkayi pour présider demain 08 mars, un grand défilé à Madingou et d’autres activités relatives à cette journée de la femme. Pour sécuriser son épouse, Denis Sassou Nguesso a envoyé un convoi formé de plus de 200 éléments de la sécurité présidentielle.




De passage à Mindouli où ce convoi a fait escale pendant quelques heures, les populations ont tout de suite cru à une reprise des hostilités entre l’armée et les Ninjas du Pasteur Ntoumi. Une psychose a gagné la ville dans un pays ou la rumeur est devenue le moyen de véhicule des informations.

La Cause de le Psychose

Quelques jours plus tôt ( 29 février), les enseignants de Mindouli avaient publié une pétition dans laquelle ils exprimaient leurs colère contre les miliciens Ninjas et promettaient d’aller en grève si les autorités ne prenaient pas des mesures qui s’imposent.




Selon des sources concordantes, la colère des enseignants est consécutive au fait que les miliciens ninjas ont molesté le vendredi 28 février le surveillant général du collège de la localité au motif qu’il avait rappelé à l’ordre l’un des fils de l’ancien rebelle Frédéric Bintsamou alias pasteur Ntoumi qui avait bravé l’interdiction des autorités locales de ne pas  voir un élève franchir la cour d’un établissement scolaire sur une motocyclette au risque de  perturber les cours.  

A en croire la même source, l’élève ayant commis la faute n’a subi aucun supplice physique ni de la part de la force publique sollicitée pour la circonstance ni de la part des responsables de l’établissement scolaire. Il avait été purement et simplement verbalisé.

Par ailleurs, les miliciens ninjas ont poussé l’outrecuidance un peu plus loin en dévalisant le magasin où sont stockés les vivres destinés à la cantine scolaire. Cette situation est à l’origine de la mission du travail du ministre en charge de l’Enseignement primaire et secondaire, Anatole Collinet Makosso, et du représentant du Programme alimentaire mondial au Congo, Jean-Martin Bauer à Mindouli.




Ces derniers temps, les miliciens ninjas brillent par des actes de vandalisme dans cette partie du pays. Les derniers faits en date sont le sabotage des installations électriques de la mairie de la localité et de l’usine de fabrication du ciment de Mindouli. De passage à Mindouli, le ministre Anatole Collinet Makosso avait même mis en garde ces ninjas.

Face à ces antécédents, les populations en cru en remarquant la présence de ce convoi surarmé de la sécurité présidentielle à une punition expéditive. Le conflit entre les Ninjas et l’armée étant encore dans les esprits, la psychose a tout de suite gagné la ville poussant certains habitants à rejoindre les forêts se mettre à l’abri.




Dans cette panique, une femme d’un âge très avancé aurait succombé, victime d’une crise de tension. Joint au téléphone, ce matin depuis Loutété par notre correspondant, un habitant de Mindouli affirme que les populations vaquaient tranquillement à leurs occupations et que rien d’anormal ne régnait sur la ville.