Migrations: l’évacuation du camp du «Millénaire» au nord de Paris est en cours

0
248




 

Plus de 1 500 migrants soudanais et érythréens pour la plupart s’étaient entassés depuis plusieurs semaines dans ce que l’on a appelé le camp du «Millénaire», au nord de Paris, près du canal de Saint-Denis. Ce camp était l’objet d’un conflit entre la mairie de Paris et le ministère de l’Intérieur qui se renvoyaient la balle sur l’initiative de son démantèlement. L’opération d’évacuation a été lancée par les forces de l’ordre tôt ce mercredi matin.

L’opération d’évacuation doit conduire « à l’hébergement temporaire des personnes concernées dans une vingtaine de sites de Paris et de la région parisienne puis à l’examen de la situation administrative de ces personnes»,  déclare ce mercredi matin le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb dans un communiqué.




Les migrants, encadrés par plus de 500 policiers et pompiers réquisitionnés, doivent monter dans une quarantaine de bus qui les conduiront vers ces centres. Des agents de la mairie de Paris sont également présents. Ils sont venus vers les tentes pour réveiller les personnes qui ne l’étaient pas encore.

Les migrants seront conduits vers une vingtaine de lieux d’accueil, des gymnases transformés en dortoirs, rapporte notre envoyé spécial, Simon Rozé. Il s’agit de les mettre à l’abri, selon l’expression consacrée: là ils pourront dormir sous un toit et non plus sous un bout de toile au bord du canal.

Mais cette mise à l’abri n’est que la première étape, puisqu’aussitôt va commencer l’examen administratif des dossiers dans ces gymnases. C’est l’Office français de l’Immigration et de l’Intégration qui va s’en occuper.Le problème c’est que de nombreux migrants de ce camp du millénaire sont ce que l’on appelle des «Dublinés»: leurs empreintes digitales ont été enregistrées dans un autre pays d’Europe, en général c’est l’Italie, aussi ne peuvent-ils pas demander l’asile en France.




Deux autres campements sont installés depuis plusieurs mois à Paris: canal Saint-Martin où vivent quelque 800 migrants (surtout des Afghans) et porte de la Chapelle avec 3 à 400 personnes.