Mfilou: l’ensablement récurrent inquiète les populations

0
286





Les populations du 7 arrondissement de Brazzaville,  Mfilou, précisément celles vivant  à proximité de l’avenue Ngamaba, sont  encore sous la menace de l’ensablement qui compliquent la circulation des usagers de cette route et les habitants des quartiers Mouandza et Ngambio, non loin du marché.




Après ces quelques dernières pluies qui se sont abattues ces jours-ci, le phénomène de l’ensablement est revenu au galop.  Le goudron grignoté et disparu au fil des temps pour céder la place à un sol nu  recouvert de sable qui empêche les véhicules de circuler librement à cause de la voie rétrécie. Les moyens de transports en commun, les véhicules  des  particuliers, les grumiers et  autres  engins lourds transporteurs de caillasse, de sable, de ciments, de  bois de chauffe sont  soumis à la patience en attendant  leur tour.

« Dès qu’il commencera à pleuvoir, nous sommes soumis à une rude épreuve.  Nous n’avons plus accès à cette avenue principale pour aller au service. Les véhicules peinent alors à emprunter cette même voie inondée et recouverte de sable boueux. Ici le risque de noyade est grand de se voir emporter par les eaux torrentielles », a expliqué Daniel Ndoundou, un habitant de Mfilou qui a ajouté que dans ce cas, les populations sont contraintes de passer de ruelle en ruelle pour atteindre le goudron  après Mouhoumi ou encore l’avenue de la Base. A la limite, nous traversons la rivière Mfilou pour gagner le quartier Diata. Croyez-moi, ce n’est pas facile, a-t-il fait savoir.




La situation est plus criarde sur l’avenue Mayama et l’avenue des dallettes où les usagers de la route manquent de mots devant la trou qui se forme de part et d’autre, au milieu de la chaussée Les véhicules qui se voient dans l’obligation de forcer le passage laissent répandre une odeur de pneu brûlé.

Les populations ont décrié les travaux de réhabilitation de ce tronçon que la mairie n’a entrepris qu’à moitié, juste aux alentours du rond-point Mouhoumi.