Mendicité : les pays de la CEMAC sollicitent de l’aide pour lutter contre le Covid19





Les membres du Comité de pilotage du Programme des réformes économiques et financières de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (Pref-CEMAC) ont souligné le 28 mars à Brazzaville, que la mobilisation des institutions financières sous-régionales (BEAC et BDEAC), ainsi que les marchés financiers sous-régionaux devraient contribuer à accroître les ressources budgétaires des Etats pour faire face au choc sanitaire, économique et sécuritaire provoqué par le covid-19.

Lors de la 3e session extraordinaire du comité de pilotage du Programme des réformes économiques et financières de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (Pref-Cemac), les participants ont décidé de mettre en place un train de mesures de soutien aux entreprises frappées par la crise du covid-19 du fait des actions de riposte prises par chaque Etat pour la lutte contre cette pandémie.




« Ces mesures urgentes de soutien doivent être à la fois fiscales (allègements fiscaux et allocations de moratoires pour le paiement des impôts et de certaines charges sociales) et budgétaires (subventions aux entreprises pour éviter leurs faillites et fermetures, ainsi que les pertes d’emplois). A cet effet, il a été convenu que les Etats doivent reporter à 2021 toute nouvelle mesure fiscale », ont dit les ministres des finances dans leur communiqué final.

Les participants se sont aussi convenu que les Etats devraient reporter à 2021 toutes les nouvelles mesures fiscales.

Ils ont également approuvé l’utilisation de l’enveloppe de 90 milliards de francs CFA mise à la disposition de la  Banque de développement  des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) par la Banque  des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), pour le financement des projets publics portant sur la lutte contre la pandémie du covid-19 et le renforcement des systèmes sanitaires
nationaux. Il a été demandé à chaque Etat de soumettre des projets bancables à la BDEAC, qui veillera à une répartition équitable de cette ressource.




Les participants ont recommandé de mobiliser les banques nationales en vue d’un plus large financement des entreprises, notamment des PME/PMI.

Ces mesures ont été prises après l’évaluation des conséquences de la pandémie et l’identification des canaux de transmission des différents chocs sanitaires, économiques, financiers et sociaux sur les économies des pays de la CEMAC en cette période.