Médias : Djo Pambou fête ses 40 ans de présence à l’antenne

0
452





Il est désormais admis à la retraite, pourtant Djo Pambou n’a pas perdu de sa superbe devant le micro qu’il n’a jamais quitté. L’homme qui a toujours distillé de la bonne humeur à travers sa phrase-culte « zola munu mu zola ngué », autrement dit : « aimons-nous de façon réciproque », fêtera le 29 juillet à Pointe-Noire, ses 40 ans devant le micro.

Depuis son départ à la retraite, Djo Pambou n’a jamais rompu avec son second métier. Ce chroniqueur culturel et sportif comptait parmi les voix essentielles de Radio Congo. Celui qui a marqué la radio de son empreinte avant d’être admis à la retraite a su rebondir à Pointe-Noire où il continue à animer les émissions musicales ou culturelles à « MCRTV-Ponton FM ».

Sa passion date en effet, de 40 ans. Au cours de la célébration, il a retenu des activités sportives et culturelles, deux domaines qui lui ont permis de s’imposer très vite comme l’un des meilleurs animateurs de l’époque.

De Djo Pambou, on a en mémoire l’émission « Samedi na Brazza » créée par lui et qui depuis, n’a pas quitté la grille des programmes de Radio-Congo.

Djo Pambou, c’est aussi cette retransmission haletante des derby sportifs en direct, avec talent et un zeste de prémonition sur l’issue de la rencontre, au regard des forces en présence, et de leur prestation sur le terrain. La justesse de ses analyses lui faisait s’écrier : « mu zonza ka munu », « je l’avais prédit ».

En duo avec son alter-ego Jean Atarabounou, Djo Pambou a su transmettre la ferveur sportive auprès de nombreux supporteurs mais aussi susciter l’émulation auprès des sportifs.

Militaire de formation, Djo Pambou a su se reconvertir dans la radio, métier par lequel il a bâti sa notoriété.

Pour cette célébration de ses 40 ans de micro, on retrouvera à ses cotés, le colonel Rémy Ayayos Ikounga qu’il a côtoyé dans l’AC Léopards; l’ancien directeur de Radio Congo, Jean Pascal Mongo Slim; le chroniqueur culturel et sportif, Ghislain Joseph Gabio;  et bien d’autres.




«Les 40 ans devant le micro, ça se fête », a rappelé Djo Pambou qui garde une page d’hommage en mémoire de Georges Embana ou encore Germain Bisset qui l’ont pour ainsi dire aidé dans le métier.

Avec les Echos