Maroc : sanctionné pour avoir violé le confinement un marocain décide d’augmenter le loyer à ses locataires Ivoiriens




Le mois de ramadan pour les musulmans est tellement spécial que faire du mal à ton prochain est un péché. Un marocain d’une cinquantaine d’années ne l’entend pas ainsi et a décidé unilatéralement d’augmenter de 200 dirhams le loyer à ses locataires Ivoiriens. Sanctionné par la police alors qu’il se partait percevoir le loyer, Abdelaziz M n’a pas réfléchi à rendre responsable ses locataires Ivoiriens.




A Mohamedia, ville située à quelques 30 minutes de Casablanca en train, Abdelaziz M, un marocain de 54 ans n’a pas apprécié être sanctionné par la police pour avoir violé le confinement. Il se dirigeait dans l’un de ses appartements occupés par trois ressortissants Ivoiriens à raison de 3000 dirhams le mois.

Interceptés au quartier la colline par des policiers, Abdelaziz M, a tenté en vain de se justifier pour ne pas être sanctionné. Ses locataires Ivoiriens étant dans l’incapacité de se déplacer, il se rendait chez eux pour le loyer du mois, et que cet argent lui était d’une importance capitale en ce mois de ramadan et confinement.




Prier de rejoindre son domicile par les policiers, le logeur marocain s’est défoulé sur ses locataires Ivoiriens au téléphone. Pour lui, ils étaient responsables de ses déboires avec la police. Après les avoir traité de tout les noms dont seuls les marocains ont le secret envers les subsahariens, il a finit par décider de l’augmentation du prix du loyer.

Les Ivoiriens passeraient de payer 3000 à 3200 dirhams marocains. Au Maroc, les prix du loyer varient selon les nationalités à la discrétion du propriétaire. Là où, un marocain payerait 500 dirhams, un Noir payerait entre 2500 et 3500 dirhams.Le manque de politique en la matière pousse la majorité des marocains à abuser des subsahariens.




Habitués aux tracasseries de logeurs, nombreux sont les subsahariens qui préfèrent subir pour ne pas se retrouver dans la rue. Parfois, ce sont les voisins des immeubles qui s’opposent à la venue des Noirs exerçant une pression infernale sur le logeur marocain.Il est reproché à certains ressortissants subsahariens les nuisances sonores et une occupation sauvage des appartements si ce n’est le racisme arabe envers les Noirs.