Maroc : les étudiants boursiers congolais menacés d’expulsion pour non paiement des frais académiques.

0
808




Un État responsable est celui qui met l’accent sur l’éducation, la formation de ses futurs cadres, pire encore si ces derniers se forment très loin du pays et dans un pays arabe. Un pouvoir qui marginalise ses étudiants est un pouvoir bourré d’irresponsables, et les autorités cubaines peuvent le témoigner. L’histoire se répète toujours avec le PCT depuis son retour au pouvoir. A Marrakech au Maroc, les étudiants boursiers de l’État congolais sont menacés d’expulsion par la direction de l’université privée de cette ville pour non paiement des frais académiques. A quoi bon envoyer les étudiants dans un établissement privé quand on est incapable par méchanceté de pays leur cursus ?




Dans une note en mode SOS parvenu à la rédaction de ce média, les étudiants boursiers de l’État Congolais inscrits à l’université privée de Marrakech au Maroc, tirent la sonnet d’alarme sur la menace d’expulsion qui pèse sur eux de la part de la direction de cet établissement.




La direction de cette université reproche aux étudiants congolais plusieurs impayés relatifs à leur formation et leur demande de libérer les chambres qu’ils occupent et non plus n’auront pas accès aux salles de classe. « Même les Burkinabés, Mauritaniens et Nigériens sont à jour, des pays pauvres par rapport à nous » s’offusque un étudiant congolais, qui avait pris l’avion au départ de Maya Maya, avec ambition sans imaginer l’irresponsabilité des dirigeants du pays. Mais que faire ! Au Congo, tout le monde rêve de s’en aller sauf les voleurs et leurs assujettis.

Note d’expulsion (1)

L’ensemble de ces étudiants projettent se rendre à l’ambassade du Congo à Rabat le prochain 30 octobre pour un sit-in. Ce jour est aussi la fin de l’ultimatum adressé par la direction de l’université privée de Marrakech pour libérer le campus.




De nombreux appels à l’aide lancés par les étudiants aux autorités congolaises sont restés sans réponse et l’histoire se répète. Un État voyou qui torture a génération future alors que des assujettis idiots jouissent chaque jour des millions pour des éloges à la con.