Marché de Fond Tié-Tié : les vendeurs occupent la chaussée

0
537




Un autre marché s’est formé sur la chaussée qui longe le marché de fond Tié-Tié, empêchant la circulation des personnes et des véhicules.

  Tous les jours, entre l’entrepôt de la Cimaf et l’arrêt de bus Bord-Bord sur l’avenue Marien-Ngouabi,  la police déguerpit les occupants anarchiques de la chaussée. Mais ces commerçants à la sauvette reviennent toujours  sur la voie goudronnée. « La chaussée n’est pas un endroit pour vendre, ces vendeurs ne respectent pas les limites imposées par le régisseur du marché encore moins les règles d’hygiène », disent les policiers. Sur l’avenue Marien-Ngouabi par exemple, des vendeurs de légumes, d’habits, de chaussures et autres articles ou aliments investissent les lieux dès les premières heures du matin rendant ainsi la circulation difficile. Pour regagner l’autre bout de la route, les clients sont souvent obligés de se faufiler entre les commerçants avec le risque de marcher sur leurs marchandises étalées à même le sol.




Cependant, il y a trois ans, l’administrateur-maire du 3e arrondissement de Pointe- Noire, Ambroise Bayakissa, avait mis fin à cette situation en ordonnant la délocalisation du marché de fortune de Fond Tié-Tié pour le site du marché Kilomètres huit (KM8).  pour l’autorité municipale, ce marché présentait un danger permanent non seulement pour les vendeurs eux-mêmes mais également pour la population«D’abord ces vendeurs n’étaient pas installés par les services de la mairie. Quoique nous ayons mis à leur disposition des bacs à ordures, ces derniers se permettaient de stocker les ordures le long des rails. La conséquence est qu’au moment de les brûler, les traverses en bois qui soutiennent les rails prenaient feux. Ce qui pouvait causer des dommages regrettables sur la voie ferrée. À cela, il faut ajouter la présence de la gare routière qui rétrécissait davantage la chaussée », a-t-il dit. Aussi, le maire de Tié-Tié avait fait savoir que certains vendeurs avaient pris l’habitude d’étaler leurs marchandises sur le trottoir. Ils jetaient celles qui étaient avariées dans les caniveaux. Et cela rendait cet endroit très insalubre. Malheureusement, ces vendeurs sont revenus sur cet endroit, obstruant complètement le passage des véhicules et des personnes, a-t-il signifié.