Malgré la fin de sa peine, l’opposant Paulin Makaya reste en prison

0
851




Au Congo-Brazzaville, l’opposant Paulin Makaya s’apprête à passer le Nouvel An sous les verrous. L’ancien leader de la formation Unis pour le Congo avait été condamné en juillet 2016 à deux ans de prison pour « incitation au trouble à l’ordre public ». Il a fini de purger sa peine le 1er décembre de cette année. Pourtant, il n’a toujours pas recouvré la liberté.

Paulin Makaya est l’une des principales figures de l’opposition au référendum constitutionnel du 25 octobre 2015 qui a permis au président Denis Sassou Nguesso d’être réélu.

A l’origine de son arrestation, l’organisation en 2015 d’une marche, qui avait été interdite, contre le changement de Constitution. Près d’un an après, Paulin Makaya avait été jugé et reconnu coupable d’« incitation au trouble à l’ordre public ». Il avait écopé de 24 mois de prison et de 2,5 millions de francs CFA d’amende (environ 4 000 euros). Ce verdict a été confirmé en appel en 2017.




Séparation des pouvoirs

Paulin Makaya a aujourd’hui purgé sa peine. Mais il reste derrière les barreaux. Ce dossier n’est pas entre les mains du pouvoir assure le ministre de la Communication, Thierry Moungalla, qui met en avant la séparation des pouvoirs.

« Chez nous, comme en France, il y a deux mécanismes essentiels  : la gestion qui est faite des prisonniers par l’administration pénitentiaire et la gestion, pour ce qui concerne les peines, faite par le juge, affirme le ministre. Je ne suis ni l’administration pénitentiaire ni le juge d’application des peines. Je suis ministre et membre de l’exécutif. Je n’ai rien à voir avec le pouvoir judiciaire et je n’ai donc aucun commentaire ».

L’avocat de Paulin Makaya, Maître Yvon-Eric Ibouanga, affirme de son côté qu’une rencontre doit avoir lieu le 3 janvier avec le juge d’instruction et le juge d’application des peines. Ces rendez-vous doivent faire avancer ce dossier, espère-t-il.