Makelekele: l’odeur des cadavres de la morgue dérange les riverains

0
2304




 

 

Les personnes vivant au voisinage de la morgue de Makélékélé à Brazzaville, ou celles qui s’y rendent pour des levées de corps sont fortement incommodées ces derniers temps par des odeurs pestilentielles provenant de la chambre mortuaire.

Il faut se boucher le nez en y appliquant un mouchoir, un tampon de gaze ou un tissu, pour assister à une levée de corps à Makélékélé. L’acte est devenu quasiment insupportable ces derniers temps, tellement l’environnement de la morgue de Makélékélé est noyée dans une odeur  nauséabonde et très répugnante, car elle irrite le nez, au fur et à mesure que l’on s’approche de la salle de dépôt et de conservation des cadavres.

C’est justement la mauvaise conservation des corps ou tout au moins la surcharge sur le régime de réfrigération qui serait à l’origine de ces désagréments.

Le directeur de la structure a expliqué que le problème résiderait dans les délais des enterrements, désormais rallongés du fait de la crise. Cela laisse les corps en conservation bien longtemps. Leur accumulation soumet les machines au delà de leurs capacités de réfrigération.

Même si l’on ne parle pas encore de décomposition de cadavres, il va s’en dire que la température de réfrigération des corps est insuffisante, d’où les effluves qui s’en dégagent.

Si le problème ainsi posé est bien réel, il n’en demeure pas moins que la situation en outre créée se révèle être une véritable nuisance environnementale, et appelle à une solution immédiate, afin d’éviter que les riverains ou le personnel de la morgue ne tombent malade, à force d’être exposés à ces odeurs insupportables.

Il y a quelques mois, suite à la rénovation de la morgue de Makélékélé, le maire Maurel Kihounzou s’écriait que cela allait « améliorer les conditions de vie des morts ». Désormais, le maire devra s’atteler à améliorer dans l’urgence, les conditions de vie des vivants, détériorées par les « conditions de vie des morts ».