Makélékélé: Leonard Ngatsé tue les jeunes et insulte de « bakongo » leurs cadavres

0
3179




La population de l’arrondissement I Makélékelé s’insurge contre Leaonard Ngatsé, le commissaire du poste de police en face de la mairie du dit arrondissement pour son goût du sang des jeunes. Ce commissaire nordiste n’hésite pas à rappeler à qui veut l’entendre que le pouvoir leur appartient et rien de fâcheux ne l’arrivera tant que ce sont les Bakongo qu’il tue. « J’ai été envoyé ici pour nettoyer Makélékélé pour notre pouvoir » aime-t-il lâcher.




Le lundi 24 août dernier, Leonard Ngatsé a abattu froidement en plein marché de Bifouiti devant la multitude, un jeune de 22 ans qui se chamaillait avec un autre. Sans chercher à connaître le motif réel de la dispute, le policier à sorti son pistolet et a vidé son chargeur de deux balles pour en finir avec la vie du jeune. « Zoba mokongo, kendé lifelo » a lâché Ngatsé avant de s’en aller sans remord.

Dans son souci de satisfaire ses appétits sanguinaires et de tuer du Bakongo, Leonard Ngatsé a mis fin aux jours d’un autre jeune au marché Bourreau le vendredi 29. Des témoignages rapportent que le jeune qui se débrouille dans ce marché protestait juste contre l’ordre de ne pas travailler.




Une fois de plus Leonard Ngatsé s’en est pris à l’ethnie de sa victime avec des morts discourtois. Deux policiers, des plateaux qui l’accompagnaient se sont plaints de son attitude et surtout de sa gâchette facile face aux désarmés.

Ce Commandant de la police nationale n’est pas à ses premiers crimes à Makélékélé, où il a endeuillé plusieurs familles. Dans ce cynisme, il interdit aux familles d’organiser des funérailles et la veillée comme il en est de coutume chez le pouvoir actuel.




Ce Mbochis se substitue à la justice et fait la loi en toute violation des lois de la République et de tous les instruments juridiques internationales ratifiés par la République du Congo.

Alors qu’il parle chaque jour de paix et concorde nationale, le pouvoir de Brazzaville a binairement nommé dans la partie sud du pays des commissaires de police originaires qui ont la gâchette facile à cause leur haine des sudistes.