L’UPADS exige la démission de Thierry Moungalla et d’André Gakala Oko

0
857




 

La polémique enfle entre les politiques, la police et les familles de treize jeunes garçons retrouvés morts en début de semaine dans le commissariat de Chacona à Mpila dans le 6e arrondissement de Brazzaville. Certaines familles n’ont pas encore retrouvé les corps de leurs enfants et menacent de saisir la justice. La démission du ministre de la Communication et du procureur est désormais réclamée, notamment par l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS, première formation d’opposition).

L’UPADS a noté que la séance de la question d’actualité à l’Assemblée nationale du 26 juillet n’a pas permis aux Congolais d’en savoir plus sur les circonstances de la tragédie qui s’est produite au commissariat de Chacona, en raison des déclarations contradictoires du gouvernement et du procureur de la République près le tribunal de grande instance de Brazzaville. Aussi exige-t-elle le départ du gouvernement du ministre Thierry Lézin Moungalla et la démission du procureur de la République, André Gakala Oko.




L’UPADS a demandé, en outre, la prise des mesures sévères à l’encontre des auteurs de cette tragédie ainsi que la mise en place d’une commission d’enquête indépendante composée des parlementaires, des représentants de la société civile et des hauts fonctionnaires de l’Etat.

Le 23 juillet, le procureur de la République, André Oko Gakala avait annoncé l’ouverture d’une enquête aux fins « d’élucider les causes et les circonstances de ce drame ». Il présentait les faits tels que, dans la nuit du 22 au 23 juillet 2018, « deux groupes de bandits appelés « bébés noirs », appartenant aux écuries Américains et Arabes, se sont affrontés avec toutes sortes d’armes. Cet affrontement a entraîné mort d’hommes ».




Pour Thierry Moungala, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, «il ne s’est pas passé quelque chose au commissariat. Mais d’abord en amont il y a eu, dans la nuit du 22 au 23 juillet, un incident grave dans un quartier situé dans l’arrondissement 9, Djiri: une rixe absolument épouvantable entre deux bandes rivales. Deux bandes communément appelées, pour ce qui concerne ces voyous, des ‘bébés noirs’, qui se sont affrontées de manière très violente sur la voie publique avec toutes sortes d’armes ; blanches, comme au moins une arme à feu qui a été retrouvée. Et cet affrontement a entrainé la mort de plusieurs hommes, hélas. Voilà les faits. Le temps que les services de police compétents viennent sur les lieux, mettent fin à la rixe, embarquent tous ceux qui étaient encore présents sur les lieux, il y a d’abord eu constat sur place, hélas, de quelques morts. Et ensuite, un transfert des individus qui étaient maîtrisés par les forces de police vers le commissariat de Chacona. Les services de police ont constaté au PSP qu’un certain nombre d’individus étaient très, très mal en point et ils les ont dirigés ensuite vers les services d’urgence qui sont compétents ».