L’UE rouvre ses frontières extérieures à une liste restreinte de 15 pays

0
188





Après les frontières internes qui ont amorcé leur réouverture, ce sont désormais les frontières extérieures de l’UE qui vont pouvoir s’ouvrir ce 1er juillet. Une ouverture limitée pour l’instant à quinze pays.

Les Européens n‘ouvrent cependant pas leurs portes en grand. Seuls quinze pays sont concernés dont par exemple en Afrique : Rwanda, Algérie, Maroc et Tunisie. On peut aussi pointer Australie, Nouvelle-Zélande, Japon, Corée du Sud et Thaïlande dans cette liste « verte » qui exclut en revanche les Etats-Unis : pour les Amériques, seuls le Canada et l’Uruguay font partie des heureux élus.




La décision a été validée après un accouchement très long. On a eu d’un côté les Européens qui par principe ne voulaient pas rouvrir les portes à plus de dix pays au départ avec la préoccupation d’une éventuelle deuxième vague. De l’autre côté il y avait en revanche ceux qui estimaient qu’il fallait favoriser la relance économique et faire revenir les touristes et les voyageurs d’affaires. Et puis surtout il y a eu des considérations géopolitiques qui ont largement contribué à pourrir le débat comme par exemple la question des EE-UU ou de la Chine. En conséquence le processus de prise de décision a traîné en longueur malgré le fait que la décision a été prise à la majorité.

Les principaux critères choisis par les pays membres de l’UE pour cette réouverture des frontières extérieures sont des critères scientifiques inattaquables : stabilité de la pandémie, courbe descendante et taux de prévalence du coronavirus inférieur ou égal à la moyenne européenne soit seize cas pour cent mille habitants, indique notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet. Mais l’absurdité de ces difficultés à décider c’est que ce n’est qu’une recommandation et que les Européens ne seront même pas forcés d’admettre sur leur territoire chacun des quinze pays.

 Brésil, Etats-Unis et Russie pas sur la liste

La Chine est le 15e pays de cette liste, mais elle y figure avec un astérisque. Les Vingt-Sept ont mis une condition de réciprocité. Pour que les résidents chinois puissent revenir en Europe, il faudra donc que les Européens puissent retourner en Chine.

Cette liste devra être révisée tous les quinze jours et prendra effet à partir de ce 1er juillet. En revanche ce n’est qu’une recommandation et les 27 capitales ne seront pas obligées d’admettre les résidents des quinze pays figurant sur la liste.




Le Royaume-Uni pas concerné

Bien qu’ayant quitté l’UE, le Royaume-Uni est considéré quant à lui comme un pays membre jusqu’à la fin de la période de transition le 31 décembre. L’interdiction de voyage vers l’UE ne concerne pas non plus les ressortissants et résidents de l’Union et leurs familles. Ni certaines catégories de voyageurs (professionnels de la santé, travailleurs saisonniers, diplomates, voyageurs se déplaçant pour des motifs familiaux impérieux, marins, étudiants…).