L’opposant Paulin Makaya interdit à nouveau de voyager

0
661




L’opposant congolais Paulin Makaya, récemment libéré après trois ans de prison, a été de nouveau interdit de quitter Brazzaville vendredi soir, a déclaré samedi sa famille.

Il a été empêché par la police des frontières d’embarquer à bord d’un vol Air France à destination de Paris puis du Royaume-Uni, dont il possède aussi la nationalité, ajoute la source.

« Il s’est présenté vendredi peu avant 19H00 (18H00 GMT) avec son passeport britannique. La police des frontières l’a repoussé aussitôt sous prétexte qu’il est interdit de sortir du territoire national », a indiqué à l’AFP Russel Makaya son fils.

Le 28 septembre l’opposant avait été interdit de voyager officiellement parce qu’il ne disposait pas d’une autorisation de sortir du Congo ».




« En dehors de son passeport britannique, mon père avait un certificat de nationalité, un casier judiciaire délivré par un magistrat congolais pour prouver sa nationalité congolaise », a ajouté Russel Makaya.

Outre ces pièces Paulin Makaya a brandi également une lettre de l’ambassade de Grande-Bretagne en République démocratique du Congo (avec juridiction sur le Congo-Brazzaville) qui priait les « autorités tant civiles que militaires de bien vouloir lui apporter toute assistance nécessaire » pour son voyage. Cette lettre circule sur les réseaux sociaux, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Si Paulin Makaya n’a pas été autorisé de voyager c’est qu’il n’est pas en règle », a expliqué à l’AFP un agent de la police de frontière qui a requis l’anonymat.

M. Makaya est sorti de prison le 17 septembre après presque trois ans de détention.

Proche de l’ancien Premier ministre Bernard Kolélas, il avait été condamné à deux ans de prison pour avoir organisé en octobre 2015 une manifestation non autorisée contre le référendum ayant permis au président Sassou Nguesso de se présenter à nouveau à la présidentielle de mars 2016, puis à un an de prison pour complicité d’évasion.

M. Sassou Nguesso cumule plus de 34 ans au pouvoir au Congo, petit pays pétrolier d’environ cinq millions d’habitants.

Avec AFP