Limitation du mandat présidentiel : ces dirigeants africains qui résistent au pouvoir

0
440




Le président guinéen Alpha Condé est devenu le dernier chef d‘État africain à demander la prorogation de son mandat légal, une initiative qui a suscité des protestations dans le pays la semaine écoulée.

Si Alpha Condé tente de briguer un troisième mandat en 2020, il s’inspirerait d’un manuel de jeu établi en Afrique, où les présidents en exercice ont cherché, souvent avec succès, à rester au pouvoir en massant, contournant ou enfreignant des lois souvent destinées à assurer des transferts démocratiques du pouvoir.

Vous trouverez ci-dessous des détails sur la façon dont certains des plus anciens dirigeants africains ont réussi à rester au pouvoir, ou tentent de le faire, réduisant ainsi l’espoir d’une aube de démocratie sur le continent.

Guinée – Alpha Condé

Le second et dernier mandat de cinq ans de Condé expire en 2020, mais le leader de 81 ans a refusé d’exclure la possibilité de se représenter. En septembre, il a demandé à son gouvernement d’examiner la probabilité d‘élaborer une nouvelle constitution, soulevant des inquiétudes sur sa candidature. Alpha Condé a été élu pour la première fois en 2010.

Burundi – Pierre Nkurunziza

Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005, a annoncé en 2015 qu’il briguerait un troisième mandat, ce que ses adversaires considéraient comme une violation de la constitution qui n’autorisait en réalité que deux mandats. Depuis sa réélection, des centaines de Burundais ont été tués dans des affrontements avec les forces de sécurité et un demi-million ont fui à l‘étranger.




Un référendum en mai 2018 a approuvé à une écrasante majorité des modifications prolongeant la durée du mandat présidentiel à sept ans. En vertu de la nouvelle constitution, M. Nkurunziza est désormais en mesure de remplir deux mandats supplémentaires, prolongeant potentiellement son règne jusqu’en 2034. L’opposition a rejeté les résultats et les États-Unis ont déclaré que les électeurs avaient subi des intimidations au cours du processus électoral.

Cameroun – Paul Biya

Biya, 86 ans et le plus âgé des dirigeants d’Afrique subsaharienne, a repris la présidence en 1982. L’Assemblée nationale a adopté un projet de loi constitutionnelle en avril 2008, supprimant la limite présidentielle à deux mandats pour lui permettre de prolonger son règne au-delà de 2011. Il a remporté deux élections depuis, mais les candidats de l’opposition ont qualifié ces élections de frauduleuses.

Tchad – Idriss Deby

Deby gouverne le Tchad depuis son arrivée au pouvoir après un coup d‘État de 1990. Un référendum de 2005 a supprimé une limite de deux mandats de la constitution. Le Parlement a approuvé une nouvelle constitution en 2018, réimposant la limite de deux mandats, mais celle-ci ne sera pas appliquée de manière rétroactive, ce qui signifie que M. Deby pourrait remplir deux mandats après les prochaines élections en 2021, éventuellement jusqu‘à 2033.

Comores – Azali Assoumani

Le président, ancien officier de l’armée qui a pris le pouvoir pour la première fois lors d’un coup d’État en 1999, a remporté un référendum en 2018 pour prolonger la durée du mandat et mettre fin à un système de rotation des pouvoirs entre les trois principales îles de l’archipel au large de la côte de l’Afrique. Le vote lui a permis de briguer deux autres mandats de cinq ans. L’opposition a rejeté le référendum.

Congo – Denis Sassou Nguesso

La constitution en République du Congo a été modifiée par référendum en 2015, levant les limites de mandat et d‘âge qui auraient empêché le président Sassou de se représenter. Il a remporté un nouveau mandat de cinq ans aux élections de 2016, bien que l’opposition ait rejeté les résultats, alléguant une fraude. Denis Sassou Nguesso dirige le Congo depuis 1979 excepté une période de cinq ans (1992-1997) où il avait perdu les élections face à Pascal Lissouba.



Djibouti – Président Ismail Omar Guelleh

Les législateurs à Djibouti ont approuvé un amendement constitutionnel en 2010 qui permettait à M. Guelleh, au pouvoir depuis 1999, de briguer un troisième mandat. Il a déjà remporté deux élections.

Côte d’Ivoire – Alassane Ouattara

Ouattara, au pouvoir depuis 2010, a affirmé que l’adoption d’une nouvelle constitution en 2016 lui permettrait de briguer un troisième mandat dans la course à la présidence de 2020, car une nouvelle constitution signifierait que les deux premiers mandats ne comptent pas. Il n’a pas encore dit s’il se représenterait.

Rwanda – Paul Kagame

En 2015, les Rwandais ont voté pour l’extension de la limite de deux mandats de la Constitution. Selon les changements, Paul Kagame peut espérer briguer un mandat de sept ans et deux autres de cinq ans par la suite, pour éventuellement rester au pouvoir jusqu’en 2034.

Kagame, qui a remporté un troisième mandat en 2017, a été confronté à de nombreuses critiques pour ce que les groupes de défense des droits de l’homme qualifient d’abus généralisés, de musellement des médias indépendants et de répression de l’opposition politique. Il nie avoir commis des actes répréhensibles. Il est arrivé au pouvoir pour la première fois en 2000.

Togo – Faure Gnassingbé

Le Togo a modifié sa constitution en 2019 pour plafonner le mandat présidentiel à deux mandats de cinq ans, apparemment en réponse aux appels de l’opposition à la fin de la dynastie politique qui a débuté lorsque le père de Gnassingbé a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 1967.

Cependant, il ne tient pas compte des trois mandats que Gnassingbé a déjà rempli depuis son arrivée au pouvoir en 2005, le dernier en date s’achève en 2020. Il pourrait donc rester au pouvoir jusqu’en 2030.

Ouganda – Yoweri Museveni

Museveni dirige l’Ouganda depuis 1986. Une clause limitant le nombre de mandats qui l’aurait empêché de briguer sa réélection a été supprimée de la constitution en 2005. En 2017, les législateurs ont voté en faveur de la suppression de la limite constitutionnelle de l‘âge d’un candidat à la présidence.

Avec Reuters