Les perspectives à moyen terme de la zone Cémac restent délicates

0
575




 

 

Une récente analyse prudentielle de la situation économique de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cémac), du Fonds monétaire international (FMI) laisse indiquer des perspectives d’une progressive amélioration de la situation économique et financière.

Néanmoins, prévient le FMI, cette lecture tiendrait au cas où les États et les institutions régionales tiennent tous leurs engagements de politique économique.

En outre, poursuit le fonds, ces perspectives supposent aussi la poursuite de l’assainissement budgétaire (avec une amélioration du solde budgétaire global de l’ordre de 6 % du PIB entre 2016 et 2019), dans un premier temps, en réduisant les investissements publics non prioritaires et en accroissant progressivement les recettes budgétaires non pétrolières.

A cela s’ajoute également, l’intensification des politiques visant à diversifier l’économie en améliorant le climat des affaires, notamment par un renforcement de la gouvernance et de la transparence. Cela soutiendrait une croissance plus forte à moyen terme.

Dans cette même lecture, le FMI indique que la politique monétaire resterait restrictive, reflétant le besoin de favoriser la stabilité extérieure et l’accumulation de réserves.

Enfin, conclut l’institution de Bretton Woods, ces perspectives comportent des risques importants. Notamment ceux liés à l’évolution de l’économie mondiale et à ses répercussions sur les cours du pétrole, à la possibilité que les politiques soient plus faibles que prévues en raison de contraintes et/ou d’un manque de soutien politique, à des retards possibles dans l’achèvement des programmes avec le reste des pays de la Cémac et à une situation sécuritaire encore difficile.

Stéphane Billé