Les opérateurs de téléphonie mobile encouragés à s’ameliorer

0
370




 

 

Le ministre des Postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste Ibombo a encouragé le 17 novembre à Brazzaville, les opérateurs de téléphonie mobile à œuvrer dans l’amélioration de la qualité de leurs services et réseaux fournis aux consommateurs.

Le ministre Ibombo a souligné que la qualité de services et réseaux est un impératif auquel les sociétés de téléphonie sont tenues de respecter. Ces propos ont été tenus au cours d’une séance de travail conjointe entre le ministère en charge des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique, l’ARPCE et les opérateurs de téléphonie mobile. Cette séance de travail était axée sur la restitution des actions entreprises par ces sociétés pour amender leurs performances.




« Les consommateurs doivent disposer d’un service normal et adéquat, tant sur la voix que sur la data, qui n’est rien d’autre que la contrepartie d’un service acheté, entre autres, le paiement de leurs cartes de recharges », a notifié le ministre Léon Juste Ibombo.

A cette occasion, le ministre en charge des télécommunications a appelé  l’ARPCE à renforcer ses capacités pour être plus efficace dans l’exercice de ses missions qui lui ont été confiées par l’Etat. Aussi, a-t-il soutenu, le régulateur doit communiquer sur le service 50/50, qui est une « âme » permettant aux consommateurs d’exprimer leurs besoins.

Intervenant à cette séance, le directeur général de l’Agence de régulation des postes et communications électroniques (ARPCE), Yves Castanou  a reconnu les efforts entrepris par  les opérateurs  de téléphonie mobile depuis plus de deux ans pour corriger les imperfections  dans la qualité des réseaux et services.

Pour le régulateur, certains opérateurs tels que MTN et Airtel n’ont ménagé aucun effort dans la qualité des réseaux  et services qui se sont nettement perfectionnées.

Yves Castanou a fait savoir que l’amélioration d’un réseau ou les  infrastructures de communication électronique, nécessite d’énormes investissements  pour les opérateurs qui sont assujetties aux obligations de commande des équipements, et d’autres contraintes liées à la réalisation des travaux.

Le 11 septembre 2017, le gouvernement avait demandé aux sociétés de téléphonie mobile exerçant sur le territoire congolais de se conformer au respect  des cahiers de charges et la qualité des services offerts  qui n’étaient pas toujours à la hauteur des attentes des consommateurs.




LEAVE A REPLY