Les membres de la Haute autorité de lutte contre la corruption investis

0
317




Nommés par décret présidentiel, les membres de la Haute autorité de lutte contre la corruption, la concussion et les infractions assimilées ont prêté serment le 27 juillet, devant la Cour d’appel de Brazzaville, en présence du ministre de la Justice, Aimé Ange Wilfrid Bininga.  





Ils sont une vingtaine de cadres promus au sein de la Haute autorité de lutte contre la corruption. « La Cour donne acte de votre serment et vous installe officiellement dans vos fonctions », a indiqué le président de la Cour d’appel de Brazzaville, Christian Oba.La Haute autorité de lutte contre la corruption est animée par un président Emmanuel Olita Ondongo. Sous lui, il y a un secrétariat général ; des chefs de départements et de divisions et bien d’autres sous-départements. Le mandat des membres de cette institution est de cinq ans non renouvelable.

S’exprimant à cet effet, le président de la Haute autorité de lutte contre la corruption  s’est engagé à bien accomplir sa mission régalienne, conformément aux prescriptions de l’institution.




« Je vais exploiter mon expérience dans cette noble mission difficile mais pas impossible. Les documents fondamentaux nous donnent les mains libres, étant donné que la Haute autorité est une institution indépendante. A ce titre, il n’y aura donc pas d’injonctions, encore moins des pesanteurs politiques qui puissent nous éloigner de notre ambition de combattre la corruption », a signifié Emmanuel Olita Ondongo.

Le président de la Cour d’appel de Brazzaville a, de son côté, invité ces derniers à travailler sans complexe de manière à combattre la corruption dans le pays.

« Dans vos missions, vous avez le pouvoir d’auto-saisineVous devez travailler en collaboration avec le parquet et les autres institutions de la République impliquées dans le combat de la lutte contre la corruption. La justice a besoin des inculpés, qu’ils soient gros ou petits poissons », a souligné Christian Oba.




La Haute autorité de lutte contre la corruption a la responsabilité de prévenir et combattre la corruption, la concussion, la fraude et les autres infractions assimilées. Ce faisant, elle contribuera au renforcement de la bonne gouvernance dans les secteurs public et privé. Elle a aussi la responsabilité de faire respecter les règles de bonne gestion publique ; transmettre aux autorités judiciaires habilitées des procès-verbaux d’audition et d’interrogatoire; et veille à la mise en œuvre des réformes engagées par le gouvernement concernant la lutte contre la corruption.