Les femmes dans la guerre du Pool

0
406




Plusieurs femmes du département du Pool n’ont pas hésité à s’engager dans la guerre pour tenter de sauver et d’apporter leur soutien au pasteur Ntoumi et ses sbires. Elles ont fait preuve d’un grand courage et ont prouvé qu’elles pouvaient affronter la peur, le front et les hommes. Elles furent nombreuses, près de 50,  à donner leur vie pour sauver celle des ninjas, a-t-on appris auprès des sources digne de foi.

Pendant la guerre du Pool (sud), afin de combler la pénurie de main-d’œuvre suscitée par l’effort de guerre, plusieurs femmes ont échangé entre 2016 et 2017, leur tablier pour l’uniforme militaire. Elles se sont enrôlées massivement par goût de l’aventure et par solidarité afin de soutenir les ninjas partis au front.

Elles ont joué aussi un rôle important dans le bon moral des ninjas : elles apportent parfois un réconfort physique, mais le plus souvent moral par leur présence au front.

Lors de l’opération de ramassage d’armes initiée par le gouvernement, plusieurs ont apporté leur PMAK comme elles porteraient un enfant en échange d’argent.

Selon le président de la commission ad hoc mixte paritaire, Séraphin Ondélé, près de 8007 armes et explosifs qui étaient détenus par les ex-combattants Ninjas ont été collectés grâce à l’opération de ramassage d’armes dans le département du Pool.

Selon lui, la commission a rassemblé au total 872 PMAK, 2358 fusils de chasse, 10 FM, 15 LRAC, 13 pistolets automatiques, 60 mortiers, 31 SKS, 3 uzi, 610 grenades de tout genre.




Autres archétypes d’armes réunies par la commission ad hoc sont : 18 lances grenades, 54 roquettes, 56 obus mortier, 61 poignards, 2 obus BM 21, 624 chargeurs garnis et 2314 munitions en vrac, un lot de 701 chargeurs garnis équivaut à 100 armes. Parmi les explosifs rassemblés par la commission se trouvent 2697 détonateurs, 93 pains de TNT, 949 allumeurs, 58 mèches et cordons.

L’opération a intéressé plus de 5.000 ex-combattants, qui sont librement venus dans les quinze sites identifiés dans le Pool, pour remettre leurs armes, a indiqué M. Ondélé.

Le président de la Commission mixte de paix dans le Pool a précisé que le premier stock d’armes a été détruit.