Les disparitions d’ armes de guerre à Pointe-Noire et Gamboma inquiètent Oyo

0
3352

Des armes de guerre ont été volées à Pointe-Noire et à Gamboma par des inconnus dont les motivations ne sont pas connues. JDO et les profiteurs du pouvoir sont en alerte et une enquête a été ouverte pour en savoir un peu plus. Dans la plus grande caserne de Gamboma, le silence est la loi bien que on soupçonne le clan Téké et Mbochis des plateaux d’en être les auteurs. L’armée se retrouve aujourd’hui au cœur d’une lutte de succession.

Denis Sassou Nguesso et son clan ont toujours su que face à une rébellion bien structurée et bien armée, ses hommes ne pourront pas y faire face et ne mettront pas leurs vies en péril pour eux. C’est pourquoi leur objectif a toujours été celui garder l’armée régulière en dessous sur le plus armement de la sécurité présidentielle.

Bien qu’infiltrée par les pro-Sassou, les commandos du GPS sont moins armés que ceux détachés à la présidence. La disparition d’une cargaison d’armes létales au port de Pointe-Noire et à Gamboma inquiètent le cartel de l’Alima qui ne veut pas avoir en face des gens bien armés et organisés.

A Gamboma, il s’agirait des armes lourdes, légères et des équipements de protection qui ont été extraits. Cette disparition au nord du pays et à quelques encablures d’Oyo est d’autant plus suspecte que des câbles évoquent d’un plan de la neutralisation d’Edou et de l’aéroport d’Ollombo.

Denis Sassou Nguesso a basé son régime sur la terreur par une militarisation à outrance de sa milice déguisée en militaire de l’armée régulière. Ces supplétifs ne répondent jamais au chef d’état major de l’armée. Composée à 99 % des ressortissants de la Cuvette, ces miliciens ne sont là que pour perpétuer le règne du clan Sassou Nguesso.

Trois camps s’opposent depuis des semaines au sein du clan dans l’objectif de mieux se positionner dans la succession et Oyo redoute que ce soit celui proche de Nianga Mbouala qui soit à la manœuvre dans le vol de ces armes.