Lékoumou : les producteurs de manioc dotés du matériel agricole

0
181




Après la formation en techniques culturales, le ministre de la Recherche scientifique et de l’innovation technologique, Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, a mis à la disposition des producteurs de cette denrée de base au Congo du matériel pour booster leur productivité.

Le don de matériel aratoire fait aux producteurs de maniocs des localités de Komono, Zanaga, Mayéyé, Bambama, dans le département de la Lékoumou, est composé, entre autres, de 80 brouettes, 478 machettes, 230 limes, 158 houes, 78 haches. Ces producteurs sortent d’une formation sur l’identification et le choix des sites d’implantation, la préparation des terres agricoles, la reconnaissance des différentes variétés de manioc, le choix et la préparation du matériel végétal, la mise en place d’une plantation. Ils ont également été formés sur l’identification des principales maladies et ravageurs, des méthodes et techniques de lutte, sur la récolte des racines tubérisées et rendement de manioc…

À l’issue de la formation, les recommandations ont été faites à l’endroit des producteurs. Il s’agit notamment de l’adoption de bonnes pratiques agricoles en évitant les sols hydromorphes et acides pour l’implantation d’un champ de manioc, de faire un bon choix et une bonne préparation des boutures, de procéder à l’identification des pieds affectés pour éviter les risques de contamination et de propagation des maladies et de vulgariser les connaissances acquises auprès d’autres producteurs. L’Institut national de recherche agronomique (IRA) devra poursuivre la formation des producteurs à travers la mise en place des champs écoles pour une approche participative.




Par ailleurs, il a été recommandé à l’endroit du gouvernement d’organiser périodiquement des formations et leur extension à d’autres départements du pays, de financer la suite de la formation par la mise en place des champs écoles dans chaque district du département de la Lekoumou, d’allouer une enveloppe spéciale à l’IRA pour les recherches sur le manioc et accorder une place aux coopératives des peuples autochtones.

Les participants se sont rejouis d’avoir pu bénéficier de la formation qui leur a permis de mettre à jour les connaissances en matière de techniques culturales du manioc. « Nous sommes satisfaits des enseignements reçus des formateurs de l’IRA qui se sont investis pour nous apprendre les bonnes techniques de lutte préventive contre les différentes maladies du manioc que nous rencontrons dans nos districts, mais surtout sur les bonnes pratiques culturales et le bon choix des variétés, afin de réduire les risques de contamination et de propagation des maladies dans nos champs de cultures », a déclaré la présidente de l’Association Kento Sala Ngolo Na Kouanga, Nana Célestine.

Ils ont pris l’engagement de mettre en application les enseignements reçus dès la prochaine campagne agricole et vulgariser auprès d’autres producteurs les connaissances et techniques apprises.