Lekana: arrestations des jeunes qui ont conspué Sassou après sa promesse sur l’électricité

0
2408

Lors de son dernier séjour dans le département des Plateaux du 12 au 14 février, Denis Sassou Nguesso, dans sa maladie de tour promettre, a assuré devant une foule que désormais l’électricité et l’eau seront une réalité à Lekana et dans les Plateaux. Des affirmations ayant poussé un groupe de jeunes à le conspuer, conscients d’écouter des bobards . Ces jeunes ont fait l’objet des interpellations des services de sécurité présidentielle pour lesquels, Sassou est un Dieu dont les mensonges ne peuvent être contestés.

Le président congolais, Denis Sassou-N’Guesso, est arrivé jeudi en mi-journée à Djambala, Chef-lieu du département des Plateaux, à plus de 300 Km au nord de Brazzaville, où il a séjourné 48 heures dans le cadre de la pré-campagne électorale masquée en visite de travail. Des populations sont venues de Brazzaville pour s’ajouter aux autochtones pour l’accompagner.

Profitant de ce séjour dans cette partie du pays, le candidat a procédé au lancement de la grande ligne de son boulevard énergétique avec pour point de chute essentiel, la localité de Lekana qui découvrait enfin l’importance de la lumière pour quelques jours juste. Des sources relaient qu’après le départ de Sassou, le courant aussi est parti.

Alors que le département des Plateaux est confronté à divers problèmes socio-économique, ces cadres proches du pouvoir ont opté pour une mascarade de remise d’une enveloppe de 100 millions de frs dans le cadre de leur soutien à la candidature de Sassou.

Lors de son discours annonçant l’arrivée du courant stable à Lekana, un groupe de jeunes s’en est moqué, poussant d’autres à en rire. Ils ont été signalés aux agents des services de la sécurité présidentielle qui ont pris soin de les interpeller une semaine après le départ de Sassou.

On leur reproche de s’être moqué du chef de l’État en présence des membres des délégations venues de Brazzaville. Bien que la réalité leur donne raison, ces jeunes sont encore détenus en attente de leur libération. Leurs parents ont rappelé aux flics que le courant en question dont se vantait le président de la République n’a été qu’éphémère à Lekana. La localité est retombée dans le noir