Le rond-point Mouhoumi, le grand défi du nouveau maire de Brazzaville





Le nouveau maire de Brazzaville, Dieudonné Bantsimba, élu le 22 mai dernier aura moins de deux ans pour donner à cette ville l’image de la ville moderne qu’il a annoncé lors de son élection. Pour réaliser cette ambition, il devra ainsi réussir la bataille de l’assainissement des voiries urbaines dont le rond-point Mouhoumi à Mfilou sera l’un des défis de cette fin de mandat de l’exercice 2017-2022. Réussira-t-il là où ses prédécesseurs ont tous échoué ?

Le rond-point Mouhoumi, un symbole du gouffre dans lequel le 7e arrondissement Mfilou se trouve, est une véritable épine sous la plante de pied du Conseil municipal et départemental de Brazzaville dirigé désormais par Dieudonné Bantsimba.




Cette intersection située entre l’avenue Ngamaba partant de Moukondo dans le 4e arrondissement Moungali pour le quartier PK en passant par la mairie Mfilou et l’avevue de la Base en provenance du quartier La poudrière à Moungali pour PK est d’une importance capitale puisqu’elle sert d’entrée et de sortie pour les populations des différents quartiers de Mfilou.

Mais le chantier Mfilou c’est aussi l’avenue de la Frontière qui part du quartier La Frontière dans le 4e arrondissement Moungali pour l’hôpital sino-congolais.  En effet ces travaux quasi achevés, mais abandonnés par la société SGEC depuis plus de cinq ans, devront reprendre à zéro. Cette route qui devait être un raccourci pour les populations de Mfilou ajoute à cet arrondissement sa réputation d’arrondissement enclavé avec des voiries urbaines quasi inexistantes.

À l’inaccessibilité du quartier Makazou comme bien d’autres, s’ajoutent les problèmes d’ensablement, d’inondations et d’érosions des quartiers La Base, l’Ombre et Télévision, voués à disparaître si on n’y prend garde.




C’est dire que le rond-point Mouhoumi, et partant l’arrondissement Mfilou, constitue un véritable challenge pour Dieudonné Bantsimba qui aura besoin de ses connaissances d’urbaniste, sa capacité à tirer le meilleur de ses collaborateurs, susciter la motivation et l’adhésion des maires d’arrondissements et mettre à profit les recettes municipales dans la matérialisation des projets d’assainissement et de modernisation de Brazzaville.

Dieudonné Bantsimba pour ses intimes  “Dodo” va t-il réussir la où  ses prédécesseurs ont essayé de colmater les brèches sans sans succès?