Le réseau routier de Pointe-Noire totalement délabré

0
582




La campagne lancée, il y a quelques mois, par le conseil départemental et municipal dans le but de réaménager les voiries urbaines, n’a pas suffi pour venir à bout de la dégradation très avancée des artères de la ville. 

Le réseau routier de Pointe-Noire a connu une  dégradation ces dernières années: nids-de-poule, accès non adapté, chaussée déformée présentant un tableau qui s’assombrit du jour au jour. Et pour les automobilistes, la situation est alarmante.

En effet, les fortes pluies qui se sont abattues sur la ville ont  contibué à abîmer de plus en plus les principales artères. Pour remédier à cette situation, le conseil départemental et municipal avait lancé une opération dénommée Campagne saison sèche, dans le but de réaménager les voiries urbaines.  Cette campagne devrait également prendre en ligne de compte  le curage des caniveaux,  le faucardage des lits d’eau et rivières dans le périmètre urbain, le profilage des routes en terre dans les quartiers, la poursuite du point à temps, le désherbage des avenues, des cimetières et bien d’autres.




Malheureusement,  quoique le conseil départemental et municipal ait fait des efforts, le réseau routier demeure toujours dans un état piteux, la Campagne saison sèche n’ayant pas pu résoudre le problème. Aujourd’hui, circuler dans la ville océane devient un casse-tête pour les usagers de la route.

L’avenue Marien-Ngouabi dite Bord-bord fait désormais l’objet de causerie dans toute la ville pour ses nids-de-poule qui endommagent des véhicules. « Le réseau routier nécessite un plan d’urgence pour le rendre praticable, rouler en ville est devenu un cauchemar », raconte un automobiliste. Il faut dire qu’à certains endroits, les habitants ont suppléé les services de la mairie en comblant les crevasses et les tranchées avec des gravats, des petites pierres et du sable.

Notons que la Campagne saison sèche lancée par le conseil départemental et municipal a également pour objectif de minimiser les risques de propagation des maladies hydriques dans la ville.