Le Pool : entre trahison,lamentations rébellion, affairisme, égoïsme et oisiveté

0
1078




 

 

Le département du Pool souffre depuis un moment d’une autodestruction criarde autant des pouvoirs publics que de ses propres fils. Les 500 milliards débloqués pour sa municipalisation accélérée n’ont servi qu’à enrichir certains véreux. Le pool est l’ennemi du Pool.

Il est presque 2 heures du matin quand un taxi s’arrête devant la pharmacie Jagger au plateau des 15ans, pour emmener un client sur la rue Lenine à Ouenze.

Au virage du pont du centenaire, les nids de poule obligent le chauffeur à opérer une manœuvre qui a failli coûter la vie à un chien errant. « Franchement Sassou est un salaud, tant d’années au pouvoir et incapable de rendre la capitale vivable. »Susurre le chauffeur à la recherche d’un débat.

Le client ne dit mot et assiste le chauffeur qui se lance dans un monologue en Lari contre le pouvoir jusqu’à destination. Une fois arrivée,le client glisse un billet de 1000fcfa au chauffeur et lui conseille de ne pas trop parler politique avec des inconnus.



A la direction générale de la police nationale au centre ville, le client de la nuit est en conclave avec son oncle, un haut responsable de la police quand le téléphone sonne. «  C’est mon informateur bakongo là, il arrive » lance son oncle.

Quand la porte s’ouvre, le client reconnaît le chauffeur de taxi de la veille qui passait son temps à insulter Sassou et le pouvoir. Il cache son regard avant d’être prié par son oncle de sortir du bureau quelques instants.

Plus tard, il apprendra que le chauffeur était venu apporter des fiches à quelques habitants des quartiers sud qui chaque soir se rassemblent pour critiquer le pouvoir. « Tous mes informateurs sont des bakongo, des chauffeurs de taxi, et bus, des sapeurs, et quelques chômeurs » lui confit son oncle.

Argent, Affairisme et Rébellion





Pour mieux dompter le pool, les stratèges ne sont pas allés par quatre chemins. Ils se sont servis des propres fils du Pool qui sont pour les uns,dans le cercle du pouvoir et pour les autres un peu à l’écart. L’égoïsme des uns a été mis à contribution pour endormir ce département bourré des « têtus ». Des millions sont versés ici et là pour leur permettre de développer quelques affaires afin d’assujettir la masse du Pool.

Paradoxalement, un ex guérisseur des fous, Ntoumi a été déniché pour lancer une rébellion qui n’aura servi à ramener le Pool en arrière et à enrichir le chef rebelle. Les Mvouba, Bitsindou, Mougany, Kolelas et autres ne sont jamais soucié du devenir de leur propre département, se contentant de leur avenir personnel et d’apprivoiser la jeunesse.

Oisiveté

Pour joindre l’utile à l’agréable, le pouvoir a servi sur un plateau en or la sapologie à la jeunesse du Pool afin qu’elle s’y perd et ne se mêle pas de la politique. Cette jeunesse qu’on a prié d’oublier toutes les calamités et humiliations subies entre 1998 et 2008.

On lui a privé d’éducation et formation au profit des armes et drogue pour qu’elle finisse par défiler vêtue semble t-il des habits de marque devant le pouvoir à chaque cérémonie officielle.

A côté de la sapologie dont l’idéologie fait fureur dans les quartiers sud, un maire analphabète a été imposé au plus grand arrondissement de Brazzaville pour perpétuer cette volonté de contenir la masse, Maurel Kihouzou

La force du Pool a été déplacée vers l’Occident dont les ressortissants en ont fait un rêve, et à partir d’où, ils ont envahi les réseaux sociaux pour soit prolonger cet état de décadence, soit se rebeller contre le pouvoir de Brazzaville. Le Pool est devenu un berceau des bavards au venin inoffensif contrairement à leurs ancêtres. Chaque période, on prend les mêmes et on reprend le théâtre, et ainsi va le Pool

 

 



LEAVE A REPLY