Le plus grand chasseur des selfies du Congo débloque 1.500.000 euros pour en avoir avec Trump, Macron et Merkel

0
1103





La présidence de la république du Congo aurait débloqué cette somme en lobbying, afin d’obtenir des rendez-vous avec ces dirigeants occidentaux. Denis Sassou Nguesso a toujours cru que son image passait par des selfies avec des grands dirigeants du monde. Pour l’instant, seul Emmanuel Macron semble disposé à recevoir le dictateur d’Alima.

Denis Sassou Nguesso est sans doute l’unique personne qui se dit grand homme qui squatte les selfies aux vrais grands hommes. On se souvient du triste fiasco de Miami, où il attendait dans un hôtel le oui de Donald Trump ( fraîchement élu président des USA) pour un selfie. Un voyage inutile et très mal négocié qui a fait rire plus d’un africain.




Depuis, le chef de l’État a toujours gardé cette épine sous ses bottes en attente de la réalisation de son grand rêve, une sorte de selfie du siècle. Plus de 3 millions de dollars ont été dépensés en lobbying pour plier Donald Trump qui campe toujours dans sa position.

Il y a quelques semaines, un cabinet new-yorkais spécialisé dans le lobbying aurait reçu de la présidence du Congo, 500.000 euros pour réactiver les mouvements et obtenir enfin un rendez-vous, fuit-il à la campagne entre Sassou et Trump. Ce qui importe pour le dictateur congolais, c’est la photo et non le contenu de la rencontre.

Denis Sassou Nguesso qui rêve d’une grande tournée occidentale, se voit déjà être reçu par Angela Merkel, Donald Trump et Emmanuel Macron. Il fermerait la bouche à tous ses détracteurs qui se réjouissent de sa mise en quarantaine depuis son hold-up électoral de 2016.




Les selfies avec les chinois et les arabes ne sont pas rentables pour le dictateur congolais dont le pays peine à signer un accord avec le FMI.