Le Coronavirus dans les couloirs du CHU de Brazzaville

0
904




Admis dans la zone orange du CHUB, exclusivement réservée aux patients suspects, un homme a obtenu ses résultats de test de coronavirus 14 jours après son hospitalisation. L’ homme qui souffre d’une crise de diabète, a été finalement réorienté dans le service approprié.




Difficile cependant de savoir si le patient n’a pas été infecté pendant son séjour dans la zone orange.Et si l’irréparable s’y était produit, le comité de riposte contre la pandémie allait certainement le comptabiliser dans ses statistiques.
Selon nos informations, plusieurs patients placés dans la zone orange du CHUB vivent la même situation.
Sous nos yeux, samedi dernier, un homme qui, aux dires de son épouse, présente une pathologie de prostate, a été placé dans cette zone orange.
Le comité de prise en charge du CHUB, visiblement démotivé et exténué, a remis un Epi(équipement de protection individuelle) à son épouse pour qu’elle ait accès à la salle pour s’occuper de son époux. La pauvre dame, qui ignore tout des précautions à prendre, s’en est plainte.




À y regarder de près, il n’est donc pas impossible qu’un patient infecté au coronavirus soit placé dans un service autre celui dédié à la lutte contre la pandemie. À contrario, un patient ordinaire peut se retrouver dans le compartiment des asymptomatiques. Rien d’étonnant que des familles éprouvées manifestent parfois bruyamment pour contester les résultats du test au coronavirus d’un parent.
Aux dernières nouvelles, un médecin rassure que le CHUB pourra désormais effectuer les tests de PCR sur place. Ce qui rompt la dépendance avec le laboratoire national de santé publique, officiellement habileté à pratiquer des tests de coronavirus.
Y a-t-il suffisamment assez de réactifs fiables?