Le Coronavirus a fait porter à Sassou, aux féticheurs et sorciers les cache-nez

0
1303




C’est l’histoire d’un virus qui a tout démystifié sur son passage. Ceux qui à longueur de journée font l’objet des éloges , même de leurs ministres ont été contraints de se cacher et de porter des masques pour éviter le pire. Des soi-disant puissants vivent avec la peur et se cachent à Oyo croyant être à l’abri. Le coronavirus est tellement impoli qu’il a fait porter les masques à Sassou Nguesso, aux féticheurs et sorciers du Congo.




Qui l’eut cru qu’un jour, Denis Sassou Nguesso serait contraint de se cacher à cause d’un virus invisible ? Malgré tous les noms téméraires et pouvoirs que ses partisans lui attribuent, le dictateur congolais a été mis à l’épreuve par un simple virus crée à Wuhan par ses amis chinois.




Denis Sassou Nguesso, qui a fait des fétiches sa raison d’être, ne se sent plus en sécurité et doute désormais de l’efficacité de sa sorcellerie. Il met un cache-nez comme tout citoyen lambda qui ne fréquente pas les féticheurs. Le Coronavirus, a au moins fait comprendre au monde que rien n’est au dessus de sa puissance destructive, obligeant les dictateurs à se plier à ses caprices.




C’est à Edou, que le dictateur de Brazzaville se terre, pour éviter toute contagion de la pandémie, laquelle terrasse déjà son entourage. Avec un dossier clinique bourré de multiples pathologies, Denis Sassou Nguesso, est une victime préférée du Coronavirus, d’où sa crainte.

Ces fétiches ne servent à rien si ce n’est qu’à faire du mal, moins encore sa milice surarmée, incapable de le protéger contre le coronavirus. Cette expérience devrait lui servir de leçon, mais connaissant le dictateur, ce n’est qu’un rêve.