Le Congo veut miser sur l’investissement

0
464




Le Congo veut miser sur l’investissement pour soutenir sa croissance. Dirigeants, chefs d’entreprises et acteurs du secteur financiers se sont rencontré mercredi 6 mars à Brazzaville la capitale de la République du Congo.

Il est notamment question d’amplifier les investissements privés dans ce pays d’Afrique centrale pour soutenir la croissance et créer des emplois.

Dans le classement Doing business, le Congo occupe la 180e place mondiale, mais le forum Vox éco veut à travers ces échanges transformer les contraintes en opportunités.

Les enjeux de la diversification de l‘économie du Congo ne sont pas seulement un enjeu du gouvernement, mais aussi de tous les acteurs qui sont impliqués. Voilà pourquoi dans ce forum, nous avons réuni le secteur privé, la société civile, les administrations publiques parce qu’on pense qu’il doit avoir un dialogue constructif entre ces entités a déclaré Vérone Mankou, l’organisateur de ce forum.

Au cours des dernières années l’Investissement direct étranger a régressé en République du Congo. S’il a connu une hausse en 2018, l‘évolution n’a pas été suffisante pour participer à la croissance du pays. Pourtant, le Congo reste une terre d’investissements au regard des efforts fournis ces dernières années selon Annick Patricia Mongo, la Directrice Générale de l’agence congolaise de promotion de l’investissement.




“Nous sommes une terre d’investissement et nous travaillons à diversifier les Investissement direct étrangers qui viennent dans le pays. De plus en plus, cette diversification est en marche. C’est n’est pas criard, car il ne faut pas toujours attendre les multinationales, mais les IDE surtout dans le domaine de l’agriculture et l‘élevage arrivent.” a ajouté la Directrice Générale de l’API.

Les secteurs des mines, de la pêche et de l’élevage restent encore inexploités faute de financement, selon l’agence congolaise de promotion de l’investissement.

Selon les organisateurs, un “livre blanc” contenant toutes les recommandations et suggestions faites sera remis au gouvernement congolais.