Le candidat échoué Marius Okana aurait passé la nuit dans un cimetière,il a perdu néanmoins




Guy Marius Okana, avait fait du poste de maire de la ville de Brazzaville une obsession au point de passer la nuit dans un cimetière de la banlieue sud de Brazzaville. On lui aurait conseillé de bénéficier des pouvoirs des cadavres Kongo- Téké. Il a été battu par K.O par le candidat désigné du PCT, Dieudonné Bantsimba. L’éternel second, va encore mettre les bâtons dans les roues du nouveau maire pour jouer les intérims, le seul poste qui va bien avec lui.




La fumée blanche a donné son verdict suite à l’élection à la mairie de Brazzaville, Dieudonné Bantsimba l’a emporté hauts-les-mains avec 98 voix sur 101 face à l’éternel tocard Guy Marius Okana.

Après avoir été désigné maire par intérim suite à la destitution de Christian Okemba, soupçonné de détournements de fonds, Guy Marius Okana, a cru un moment que son heure était arrivée. Comme tout bon autocrate en gestation, il a profité de ce temps pour mener diverses actions de façade dans la ville de Brazzaville. On l’a vu repeindre le pont du centenaire, refaire son éclairage, embellir celui du Djoué et même dessiné les passages piétons à Poto Poto.




Guy Marius Okana, pourtant Mbochis, avait juste oublié momentanément que chez eux, le mérite n’a jamais été une vertu pour aspirer à un poste, mais plutôt le clientélisme. C’est d’en haut, que viennent les ordres et en haut se repose toute une bande de vautours inutiles.

La nuit du 21 au 22 mai, alors que le candidat officiel du PCT a été déjà désigné, Okana croyait toujours au miracle et pouvoir de son parrain, Denis Christel Sassou Nguesso. Les choses pouvaient changer à la dernière minute selon ses soutiens qui lui auraient aussi conseillé de passer la nuit au cimetière de Ma Campagne dans la zone sud.




Brazzaville, étant une ville des Téké et Kongo, les esprits qui se reposent dans ce cimetière devraient baliser son chemin à la tête de la mairie. C’est vers 23h que Guy Marius Okana s’est rendu dans ce cimetière en compagnie de deux personnes invoquer les esprits et y passer la nuit. La réalité a voulu qu’il soit battu comme un bébé lors du vote par Dieudonné Bantsimba.