L’assassinat des dictateurs, l’unique issue de libération dans les deux Congo

0
1525




 

La région la plus maudite de l’Afrique continue dans la courbe ascendante dictatoriale et monarchique. Si en RDC, et au Gabon les fils ont remplacé leurs pères, le même scénario est en passe de se reproduire au Congo-Brazzaville et en Guinée Équatoriale. L’assassinat des dictateurs semblent l’unique solution à des alternances démocratiques.

En RDC, Joseph Kabila, qui a succédé à son défunt père Laurent Désiré, est en poste malgré la fin de son mandat depuis 2016. Il utilise la force et l’avarice de son entourage pour se maintenir au pouvoir.

Ce dictateur ne manque aucune occasion pour réprimer dans la violence des manifestations pacifiques réclamant une alternance. Lui, qui est dans l’illégalité totale depuis deux ans accuse ceux qui contestent ce fait d’agir dans l’illégalité. Ce n’est qu’en Afrique centrale, qu’on peut assister à ce genre de bêtises.




Aujourd’hui avec la libération de Jean Pierre Bemba, la donne va sans doute changer, et on est dans l’attente de la désignation du dauphin du dictateur, qui veut faire voter une loi au sénat le protégeant. Son assassinat serait la solution idéale.

A Brazzaville, de l’autre côté du fleuve, l’autre dictateur Denis Sassou Nguesso est entrain de baliser le chemin à son fils Denis Christel pour le succéder. Pour ce faire, il s’emploie à éliminer toutes les personnes susceptibles de créer des problèmes à cette succession.

Plusieurs partis politiques viennent d’être supprimer au profit des ceux qui jouent le jeu du pouvoir. Deux supposés opposants, que sont Parfait Kolelas et Tsaty Mabiala se sont fédérés pour préparer le semblant de dialogue que va organiser le pouvoir pour endormir le FMI et la communauté internationale. Ces deux opposants sont d’ailleurs en campagne auprès de leurs bases pour vulgariser ce dialogue.




Au regard de tous les coups perpétrés par Sassou Nguesso dans la conservation du pouvoir, malgré avoir mis le pays à genoux, seul son assassinat délivrerait le peuple congolais, lequel dans son ensemble aspire à autre chose.