L’armée congolaise est incapable de résister une semaine face une rébellion structurée selon un général

0
1637




C’est le constat fait par un général du reste Mbochis des forces armées congolaises. Selon lui, il est claire que nos militaires sont incapables de tenir tête à une rébellion bien structurée ou même à une armée étrangère. Mal formés et surtout animés par une grande démotivation, les militaires sont loin de sacrifier leurs vies pour les autorités politiques actuelles. Même la puissante sécurité présidentielle en est incapable et le conflit du Pool en est une illustration.

Les militaires congolais ont été formatés pour réprimer le peuple désarmé et non faire face à une autre armée. Cette armée n’a jamais branché face aux incursions réitérées des militaires angolais sur le sol congolais. Quand quelques militaires ont voulu riposter, ils se sont fait facilement prisonniers.




Pléthorique, tribalisée et improductive, l’armée est devenue le point de chute des chômeurs et anciens guerriers sous les bottes des officiers qui ne pensent qu’à s’enrichir.

Une armée qui disposait autrefois d’une boulangerie est contrainte à ce jour de se rabattre auprès des sujets ouest-africains avec tous les risques que cela comporte.

Originaire de la Cuvette centrale, un général des FAC se plaint silencieusement de cette situation et pointe du doigt les hommes politiques, lesquels pensent être en sécurité en équipant puissamment la DGSP. Mais, quand il a s’agit de capturer le pasteur Ntoumi, ce sont les éléments des FAC qui ont été en première ligne.




Pour ce général quia requis garder l’anonymat, face à une attaque bien structurée, les FAC et la DGSP ne pourront rien faire, et aux premières victimes, la majorité des militaires prendront la fuite, préservant leurs vies.