La promesse posthume non tenue de Sassou à Edith Bongo faite devant les cameras

0
5304




 

 

Lors des funérailles de sa fille Edith Lucie Bongo Ondimba et épouse du feu chef de l’État Gabonais Omar Bongo Ondimba, le chef de l’État congolais Denis Sassou Nguesso dans un exercice coutumier s’adressant à la dépouille de sa regrettée fille avait promis de réaliser son rêve de construire une usine de sérum glucosé à Brazzaville.

Fort est de constater qu’après tant d’années cette usine tant chère à la fille chérie de Denis Sassou Nguesso n’a existé que le temps son personnel fasse preuve du plus grand exploit de la culture du travail actuel des congolais, à savoir l’incompétence et détournement des fonds de production.




Confié à un Camerounais qui a empoché des milliards et acheté un matériel inadéquat qui n’a fonctionné que quelques machines, cette usine qui se trouve à Mpila n’est plus du tout une préoccupation du chef de l’État. Que penserait Edith Lucie Bongo de cette promesse non tenue par son père qui du reste l’avait faite devant les cameras et les assistants à ses funérailles.

Edith Lucie Bongo Ondimba, cette dame de grand cœur avait constaté le déficit sanitaire du pays géré par son père, dont les hôpitaux recouraient constamment à Kinshasa pour s’approvisionner en sérum glucosé avait demandé à son père de construire une usine à Brazzaville pour palier tant soit peu aux souffrances des malades et des médecins congolais.

Autant avec l’autosuffisance alimentaire d’ici à l’an 2000, la santé pour tous, une école un champ, le rétablissement de la démocratie, 40000 emplois chaque année pour les jeunes, Denis Sassou Nguesso a encore failli, bien que cette fois- ci à la mémoire de sa très regrettée fille Edith Lucie Bongo Odimba que les congolais de tout bord ont pleuré pourtant.