«La Patrie et la vie», la chanson qui dérange les autorités cubaines

0
422

« La Patrie et la vie  voilà une chanson qui dérange à Cuba. Fruit d’une union entre des stars cubaines du rap et du reggaeton en exil et sur l’île, la chanson qui circule sur les réseaux sociaux a déjà dépassé 1,5 million de vues. Certains parlent déjà d’une hymne à la liberté pour Cuba, ce qui a fait réagir les autorités cubaines, qui dénoncent une manipulation de la mafia de Miami.

« Mon peuple réclame la liberté, nous ne voulons plus de doctrine », chante l’un des membres du populaire et célébrissime groupe de reggaeton Gente de Zona, dans cette chanson imaginée par Yotuel Romero, avec la participation de Descemer Bueno et les rappeurs cubains fréquemment réprimés et persécutés sur l’île El Funky et Maykel Osorbo. 

Patria y vida prend le contre-pied du slogan communiste en vigueur à Cuba depuis 1959 « La Patrie ou la mort », une doctrine qui doit changer, selon Yotuel Romero. « Nous devons lutter pour la patrie et pour la vie, la mort ne peut plus faire partie du changement. Nous ne pouvons plus admettre qu’un régime te donne comme seule option de le soutenir ou de mourir », explique-t-il. 

Problèmes économiques, censure et répression toutes ces raisons qui ont mené l’artiste à s’exiler se retrouvent dans la chanson. « C’est le moment pour le monde de se rendre compte des injustices qui se passent à Cuba, il faut en finir avec les abus du gouvernement cubain contre ses citoyens, lance Yotuel Romero. Nous sommes maltraités depuis bien trop longtemps, mais vous savez quoi ? c’est fini, comme le dit la chanson ! »

Ce message adressé directement aux autorités cubaines a fait réagir. Dirigeants, artistes, intellectuels et médias officiels défendent leur slogan historique, scandé la première fois par Fidel Castro, « la patrie ou la mort » et dénoncent une instrumentalisation de la mafia anti-cubaine de Miami dont l’unique but est de dénigrer Cuba.